Evaluation de la loi « avenir professionnel » : La CGT plaide pour un retour à une contribution légale équivalente à 1,6 % de la masse salariale des entreprises

La CGT n’a pas participé au groupe de travail paritaire d’évaluation de la loi du 5 septembre 2018. Elle a forgé ses propres propositions à l’attention de la ministre du Travail, Elisabeth Borne. « La question du financement et notamment de la contribution des entreprises était pour nous une question préalable indispensable, explique Lionel Lerogeron, co-animateur du collectif formation professionnelle au sein de la confédération. Or, le Medef a refusé de mettre le sujet sur la table. »

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 23 août 2021.

Depuis sa création, France compétences affiche un déficit structurel, « au point que l'on envisage de faire des emprunts », alerte Lionel Lerogeron. Pour la CGT, la dernière réforme de la formation professionnelle est sous-financée. Elle plaide pour « revenir à minima à une contribution légale de 1,6% de la masse salariale pour un retour à l’équilibre budgétaire ». « Il ne s'agit que de revenir au taux en vigueur avant 2014, rappelle Lionel Lerogeron. L'idée serait de mettre en place un système de péréquation, que les grandes entreprises paient davantage, afin que tous les salariés puissent bénéficier de la réforme ». Il fustige le « pari…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur