Evaluation de la loi avenir professionnel : Michel Beaugas (FO) préconise l’affectation d’une partie des cotisations patronales à la formation des demandeurs d’emploi

Les discussions entre les partenaires sociaux sur l’évaluation de la réforme de 2018 s’inscrivent dans le cadre de l’agenda social du gouvernement. Elles ont débouché sur 49 propositions visant à améliorer la loi. Dès le début, Force ouvrière a plaidé pour qu’elles débouchent sur un accord national interprofessionnel, explique Michel Beaugas, secrétaire confédéral chargé de la formation professionnelle au sein de Force ouvrière.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 25 août 2021.

« Ces propositions ne sont pour l'instant qu'un compromis, avant de poursuivre les discussions à la rentrée. Et nous aborderons les questions liées au financement, y compris celles qui concernent les contributions des entreprises en de l'Etat ». Le secrétaire confédéral cite l'exemple de l'apprentissage, « formation professionnelle ou initiale ? », ce qui, dans le second cas de figure, impliquerait un financement de l'Etat. « Chaque année 200 000 jeunes sortent sans diplôme de l'Education nationale. La formation professionnelle n'est pas une machine à réparer ce qui a échoué à l'école... ». Il faut également discuter de ce qui est du ressort des entreprises. « Je suis…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur