L’académie d’Orléans-Tours encourage la mobilité des élèves et professeurs de lycées professionnels

L’expérimentation conduite auprès de lycées professionnels du Centre-Val de Loire avec l’appui d’Erasmus+ a permis de concrétiser 171 mobilités en deux ans. Troisième épisode d’une série consacrée à une sélection d’initiatives territoriales soutenues par Erasmus+ alors que s’ouvre la programmation 2021-2027.

Par - Le 23 juillet 2021.

Entre 2017 et 2019, l’agence Erasmus+ France a contribué à expérimenter en Centre-Val de Loire un projet visant à favoriser la mobilité des élèves en lycée professionnel. Au total, ce sont dix établissements qui ont été choisis par le GIP FTLV-IP (Groupement d’intérêt public formation tout au long de la vie – initiale et professionnelle) de l’académie d’Orléans-Tours. « L’objectif était de toucher un public vivant en zone rurale ou péri-urbaine », rapporte Lionel Clémençon, responsable du pôle Enseignement scolaire du département Promotion de l’agence Erasmus+ France Education / Formation. « Ce sont des jeunes qui ne pensent pas à utiliser la mobilité internationale en raison de freins économiques et, ou, culturels », précise-t-il. « Nous sommes dans une région enclavée, note Nicolas Montlivet, délégué académique aux relations internationales et à la coopération (Dareic) de l’académie d’Orléans-Tours. La plupart des lycéens ne se sont jamais rendus à l’étranger. »

Développer l’employabilité

Pendant ces deux ans, 171 mobilités de stage en Europe ont été organisées. « D’une durée de trois à quatre semaines et pour 14 filières », précise le Dareic. L’expérience s’est avérée concluante. « Pour les élèves, ce fut un moment fondateur. Il y a clairement eu dans leur parcours un avant et un après, se félicite Nicolas Montlivet. En étant dans un autre pays, ils ont développé leur confiance en eux, mais aussi leur employabilité. » « Ils développent des compétences transversales comme une faculté d’adaptation qui est très prisée, même dans les filières professionnelles », ajoute Lionel Clémençon.

Augmentation des budgets

Après cette expérience, le consortium de l’académie d’Orléans-Tours, qui est le porteur de projet sur le Centre-Val de Loire a décidé de multiplier les initiatives. « Le consortium a obtenu le label Erasmus+ qui va lui permettre de demander plus facilement des subventions régulières », relève le responsable du pôle Enseignement scolaire du département Promotion de l’agence. D’autant que le programme européen bénéficie pour la période 2021-2027 d’une augmentation budgétaire de 80 % « qui va favoriser les échanges », souligne Lionel Clémençon.

En faire profiter les professeurs

L’académie d’Orléans-Tours souhaite bien en profiter. « Nous comptons atteindre 500 mobilités par an. L’année prochaine, nous allons lancer des chantiers-écoles, expose Nicolas Montlivet. L’idée est d’envoyer une classe ou une demi-classe à l’étranger afin de permettre aux lycéens de travailler sur un chantier BTP, dans des hôtels ou des EPHAD, dans un environnement différent. Ils partiront avec leurs professeurs. » Ces derniers figurent également dans les objectifs de développement des échanges européens. « Nous voulons travailler avec eux pour leur permettre d’étudier dans des centres de formation professionnelle ou prendre des cours de langue afin qu’ils enrichissent leurs pratiques », étaye le délégué académique aux relations internationales et à la coopération.


Erasmus+ dans les territoires, recueil de projets Erasmus+, 2021 :

Erasmus+ dans les territoires

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur