Le gouvernement incite les travailleurs handicapés à oser l’alternance

Le gouvernement a lancé jeudi 27 mai les DuoDay de l’alternance afin de favoriser l’entrée en alternance des personnes en situation de handicap. Les financements existent mais la difficulté est de faire se rencontrer l’offre et la demande.

Par - Le 28 mai 2021.

Kevin, 25 ans, expert en accessibilité numérique en alternance chez Modis France, la filiale d’Adecco spécialisée dans les technologies, est aveugle. Ophélie, 38 ans, qui prépare un bachelor en ressources humaines en apprentissage chez Adecco après une première partie de carrière dans la grande distribution, est reconnue en qualité de travailleuse handicapée (RQTH). Mélody, 35 ans, en contrat de professionnalisation chez l’éditeur de logiciels de paie ADP dans le but de devenir gestionnaire de paie, souffre de problèmes de santé après un accident de voiture. Isabelle, 45 ans, actuellement en alternance dans la filiale d’Engie En’Rnov (chauffage urbain de la région rennaise) où elle prépare un certificat de coordinatrice qualité, sécurité et environnement, a dû abandonner son métier d’architecte en 2019 à la suite d’importants problèmes de dos.

 Rassurer les employeurs

Pour le lancement de la première édition d’« Alternance par DuoDay », déclinaison des journées DuoDay en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap, le gouvernement a choisi de faire témoigner les premiers intéressés. « L’objectif de cette journée est de rassurer les employeurs », déclare Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l’Insertion. Le constat du gouvernement est que des places d’alternants ne sont pas pourvues faute de candidats quand dans le même temps des personnes en situation de handicap ne trouvent pas d’employeur pour réaliser leur alternance.

Pourtant, le gouvernement met les moyens. Son plan de relance comporte à la fois des aides pour les employeurs d’alternants (« qui ont bien fonctionné en 2020 et seront reconduites en 2021 », rappelle Élisabeth Borne, ministre du Travail) et un volet sur l’inclusion, qui prévoit notamment la création de 11 500 emplois dans les entreprises adaptées, où travaillent majoritairement des personnes handicapées. Mais il ne suffit pas d’injecter de l’argent dans les emplois, encore faut-il que candidats et employeurs se rencontrent. C’est l’objet de ce DuoDay consacré à l’alternance.

 Localiser les candidats

Demandeurs de contrats en alternance et employeurs peuvent se retrouver sur salonenligne.pole-emploi.fr. Mais « il faut aussi des experts en sourcing car les candidats en situation de handicap n’osent pas l’alternance », note Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées.

C’est là qu’interviennent des intermédiaires capables d’aller chercher des candidats dans des associations de quartier, comme Humando Pluriels, également filiale d’Adecco, par ailleurs première entreprise adaptée dans l’intérim. Intervenant sur le marché du recrutement et conseil en diversité, elle a été sollicitée par Engie pour l’aider à atteindre son objectif de recruter 3% d’alternants en situation de handicap en 2021. Evidemment bien outillé, Adecco se fixe un objectif de 10% d’apprentis en situation de handicap à travers son programme « alternance inclusive ».

 

Duoday alternance.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur