Les conseillers numériques France Services seront formés à distance par WebForce3 et ses partenaires

Le consortium mené par WebForce3, composé d’acteurs de la formation, de l’éducation populaire et de l’insertion, a remporté le lot 1 de l’appel d’offres de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et de la Banque des territoires pour la formation à distance des futurs conseillers numériques du réseau France Services.

Par - Le 23 avril 2021.

Dans le cadre du plan de relance, l’État s’est engagé à former et recruter 4 000 conseillers numériques d’ici 2022. Ils seront chargés d’accompagner les Français, dont 13 millions souffrent d’illectronisme, à mieux utiliser les outils numériques. Dans un premier temps, les collectivités territoriales ont été appelées à se porter volontaires pour recruter de futurs conseillers numériques, et les candidats à postuler en ligne. L’ANCT réalise un « matching » entre l’offre et la demande sur les territoires et présente les candidats aux consortiums retenus.

Un certificat de compétences professionnelles à la clé

Défini dans l’appel à manifestation d’intérêt, le dispositif propose quatre parcours de 105 à 420 heures, selon les profils des candidats. La formation débouche sur le certificat de compétences professionnelles (CCP) intitulé « Accompagner différents publics vers l’autonomie dans les usages des technologies, services et médias numériques ». Ce CCP constitue le premier bloc de compétences du titre de niveau 5 « responsable d’espace de médiation numérique ».

Académie des Héro.ïne.s du Numérique

WebForce3, qui a remporté le seul lot national et 100% à distance, a surnommé son dispositif « l’Académie des Héro.ïne.s du Numérique ». L’objectif d’Alain Assouline, son fondateur, est de « créer une communauté des conseillers numériques » car « au-delà de la formation à distance, les apprenants disposeront de temps individuels de coaching, de séminaires et d’un accès à vie à la plateforme d’e-learning WebForce.LIFE. »

Un consortium d’acteurs complémentaires

Mélange d’acteurs historiques, comme la Ligue de l’enseignement, et d’acteurs plus innovants, comme Chaudron.io (Nantes) ou Social Builder, le consortium est à même de mailler tout le territoire notamment via les 130 régies de quartier. Il s’appuie par ailleurs sur un partenariat avec 1001 gares pour investir de futurs tiers-lieux.

Au-delà du CCP, WebForce3 proposera aux personnes sélectionnées de passer l’ensemble du titre pendant les deux ans de leur prise en charge. « L’État finance pendant deux ans, mais ensuite, que se passe-t-il ? Nous pensons qu’avoir un titre professionnel complet assurera une meilleure employabilité à l’issue du dispositif », assure Alain Assouline.

Premières formations en mai

Pour l’heure, il lui est difficile d’estimer le nombre de personnes qui seront formées. « Entre les 1000 collectivités locales qui ont déclaré qu’elles allaient recruter des conseillers numériques et plus de 5000 candidats inscrits, la logique des 4000 pourrait être tenue. » Mais le passage à l’acte peut être compliqué… WebForce3, qui commencera les premières formations en mai n’a, à ce stade, reçu « commande » que pour 31 conseillers numériques. « Notre objectif c’est de former 1000 personnes d’ici 2022, mais tout dépendra du marché. »

 

Les acteurs du consortium piloté par WebForce3

  • Emmaüs Connect, acteur de l’inclusion numérique
  • Le Chaudron.io, réseau d’espaces apprenants
  • Qwantic, organisme de formation (Synergie Family)
  • Net Solidaire, acteur de la médiation numérique (Régie de Quartiers Diagonales)
  • Social Builder, organisme de formation pour l’insertion des femmes dans le numérique
  • Passag/e/s, organisme de formation du Comité national de liaison des régies de quartier regroupant 130 régies dans toute la France
  • Cefiac Formation, en partenariat avec la Ligue de l’enseignement
Cet article est-il utile ?

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur