Qualiopi : quels indicateurs pour la FOAD ?

Comment répondre aux exigences du référentiel national qualité Qualiopi et de son audit de certification pour les organismes pratiquant la formation ouverte et à distance (FOAD) ? Telles étaient les questions abordées à l’occasion d’un webinaire que le FFFOD (Forum des acteurs de la formation digitale) organisait jeudi 8 avril à l’attention de ses adhérents.

Par - Le 12 avril 2021.

Une action de formation, même à distance, est avant tout une action de formation. Aussi, cette modalité d’apprentissage n’est-elle pas spécifiquement mentionnée dans les sept critères et leurs trente-deux indicateurs du référentiel national qualité Qualiopi. Comment, dès lors, interpréter ceux-ci pour des actions de formation en FOAD et leurs prestataires ?

Qualiopi pour les acteurs de la formation digitale

Le président du FFFOD, Jacques Bahry, connaît très bien le référentiel pour avoir mené les travaux ayant débouché sur la certification QualiopI. En introduction du webinaire, celui-ci a esquissé un début de réponse : « Aujourd’hui, le principal intérêt de Qualiopi est de permettre de développer la professionnalisation du secteur. Pour nous, en FOAD, j’insisterais particulièrement sur le critère 4, les moyens techniques ; le 5, la formation de formateur ; et le 6, les veilles, juridiques comme technologiques », détaille-t-il.

Pour Marc Verger, directeur du développement de l’ISQ, organisme certificateur Qualiopi, les acteurs de la formation digitale doivent être plus particulièrement attentifs à l’indicateur 19 du référentiel : « Le prestataire met à disposition du bénéficiaire des ressources pédagogiques et permet à celui-ci de se les approprier. » Il précise : « Ce que je retiens c’est  »de se les approprier » […]. Ces mots sont importants, car on sait qu’aujourd’hui les bénéficiaires n’ont pas forcément une très bonne maîtrise du digital ou vis-à-vis du distanciel. Donc, l’auditeur va certainement regarder ce qui est mis en place pour que le bénéficiaire arrive à s’approprier l’outil ou les documents : y a-t-il des kick-off [séances de lancement et d’initiation] sur les programmes importants, une hotline, etc. ?»

Faire de la FOAD une manière de répondre aux critères de la certification

Inversement, selon les intervenants du webinaire, le fait de réaliser tout ou partie de ses formations à distance est aussi un moyen de réunir les preuves nécessaires à l’obtention de Qualiopi. Ceux-ci peuvent notamment mettre à profit les informations issues de leur LMS (learning management system, logiciel permettant de gérer une plateforme d’apprentissage). « [Le LMS] vient nous apporter des éléments de preuves sur l’accompagnement réalisé à distance […], il peut nous permettre également de montrer qu’on a bien effectué un positionnement individuel », témoigne Sarah de La Morandière, conseillère formation continue au Cafoc de Versailles.

Administratrice du FFFOD, celle-ci met également en avant l’adhésion à ce réseau professionnel comme moyen de répondre au critère 6 de la certification et à ses obligations de veille.  « Toutefois, cela ne suffit pas. En tant qu’organisme de formation, nous avons tout un travail à faire pour montrer qu’on en exploite les enseignements », prévient-t-elle.

Cet article est-il utile ?