jeunes.jpg

Tensions sur les recrutements en Ile-de-France, comment mettre en phase l’offre et la demande? (réseau CCI)

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) des 8 départements d’Ile-de France organisent pendant 15 jours des rencontres et événements pour aider les entreprises à recruter. Pour lancer ce cycle, la CCI de Paris organisait une rencontre lundi 27 septembre sur l’emploi en Ile-de-France.

Par - Le 29 septembre 2021.

Si l’emploi repart à la hausse en Ile-de-France, « le chômage des jeunes recule deux fois moins vite qu’ailleurs, soulignait Gaëtan Rudant, directeur régional de la DRIEETS (ex-Direccte) Ile-de-France, lors d’une rencontre organisée par la CCI de Paris. « Le plan « un jeune, une solution » a toutefois permis à 100 000 jeunes franciliens de bénéficier de dispositifs d’aide à l’embauche, il y a eu 100 000 nouveaux apprentis en IDF, et 50 000 jeunes ont été accompagnés sur des formations aux métiers en tension ».

Pour répondre au chômage des jeunes, la CCI encourage le recours à l’alternance. « Au niveau des jeunes diplômés qu’on accompagne, on fait 50% de recrutements en apprentissage« , indique Mariam Khattab, directeur général de Mozaïk RH. Pour Laurent Pfeiffer, président du directoire de BPI et ex-directeur des ressources humaines de Dalloyau, entreprises qui emploient respectivement 5% et 8% d’alternants, « employer des alternants devrait être obligatoire pour toutes les entreprises, je milite pour cette obligation« .

Métiers en tensions

Si parmi les secteurs les plus dynamiques en IDF, les métiers qui ont généré le plus d’offres d’emploi au second trimestre 2021 sont les services à la personne, la comptabilité, et le développement informatique. Ceux qui ont connu la plus forte progression sont les assistants commerciaux (+200%) et les soins infirmiers (+90%). Enfin, ceux qui proposent plus d’offres aujourd’hui qu’en 2019 sont dans le BTP (bâtiment et travaux publics), la maintenance et l’installation, et la santé, selon les données révélées par pôle emploi. Selon deux enquêtes réalisées par la CCI, les trois-quarts des employeurs de la restauration, et les deux-tiers de ceux du numérique, disent avoir du mal à recruter.

Actions de pôle emploi

« Pour répondre aux besoins des entreprises, chaque agence pôle emploi constitue des viviers de candidats disponibles sur ces 7 secteurs en tension« , indique Caroline Bacchini, directrice de pôle emploi Paris. Pôle emploi organise des job-dating, des « challenges sportifs« , des immersions en entreprise (PMSMP), et propose des dispositifs de formations préalables à l’embauche (AFPR et POEI). Enfin, sur les besoins en compétences des entreprises, « chaque agence pôle emploi réalise un diagnostic et fait remonter les résultats au conseil régional pour adapter les achats de formation« , ajoute Caroline Bacchini.

Changer les modes de sélection

La solution est aussi à trouver dans les méthodes de recrutement. « Pour sourcer plus large, la sélection des candidats doit valoriser les compétences transférables, faire plus de place au comportement, à la motivation, aux capacités d’adaptation« , estime la directrice générale de Mozaïk RH. Pôle emploi propose pour certains métiers d’utiliser la méthode de recrutement par simulation, fondée sur « les habiletés à réaliser les gestes métier« .

Le secteur de l’insertion par l’activité économique est également pourvoyeur de talents. Par exemple le réseau de traiteurs-restaurateurs « la Table de Cana » compte aujourd’hui « 10 entreprises qui font sortir vers l’emploi classique 100 ou 150 personnes par an après un parcours d’insertion et de formation de deux ans« , rapporte Ghislain Lafont, président du réseau, qui souhaite doubler d’ici 5 ans le nombre de salariés en insertion.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur