Fafiec et Opcabaia deviennent Atlas

Les membres de l’assemblée générale d’Atlas ont approuvé mercredi 16 octobre 2019 les traités de fusion du Fafiec, d’Opcabaia et d’Ogestion (l’association qui assure l’exercice des missions de collecte, d’information et de conseil auprès des entreprises d’Opcabaia) au sein de l’opérateur de compétences des services finances et conseil. Cette décision marque le lancement opérationnel d’Atlas.

Par - Le 23 octobre 2019.

Depuis l’obtention de son agrément par l’État le 1er avril 2019, l’opérateur de compétences Atlas poursuit sa structuration. « Après sa 1è collecte de l’acompte sur contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance (Cufpa) auprès de l’ensemble des branches de sa filière économique, Atlas franchit une nouvelle étape importante avec les fusions entérinées mercredi », a expliqué Atlas dans un communiqué diffusé jeudi 17 octobre.

Fusions juridique, comptable et fiscale

Ces fusions correspondent aux fusions juridique, comptable et fiscale des acteurs à l’origine de la constitution d’Atlas. Les 226 salariés du Fafiec et les 42 salariés d’Opcabaia deviennent, par ce rapprochement, salariés d’Atlas.

Leur activité reste répartie sur deux sites à Paris – correspondants aux anciens sièges du Fafiec et d’Opcabaia -, et dans 7 antennes locales à Lille, Strasbourg, Nantes, Marseille, Lyon, Bordeaux et Toulouse.

Service identique

« Le service rendu aux entreprises réunies dans la filière économique représentée par Atlas reste identique : les conventions de délégation signées par Agefos-PME, Opcalia, Opca Pepss – Actalians et Uniformation restent d’actualité ; les branches historiques du Fafiec et d’Opcabaia voient leur interlocuteur changer de nom », ajoute Atlas.

« Avec le rapprochement du Fafiec et d’Opcabaia, nous engageons le dernier virage avant la totale mise en œuvre opérationnelle d’Atlas. D’ici la fin de l’année, nos efforts vont se concentrer sur l’ouverture de notre offre de services aux nouvelles entreprises et le début de l’instruction de leur dossiers. Ces périodes de transition sont par définition complexes, mais nos équipes sont particulièrement motivées et mobilisées. Elles sont attentives aux nombreuses questions que se posent légitimement les entreprises et les salariés sur ces changements. Nous devons poursuivre ce travail de fédération des nouvelles branches », affirment Philippe Degonzague et Céline Vicaine, respectivement président (Syntec) et vice-présidente (CGT) d’Atlas.

Service rendu aux branches

De son côté, le directeur général Yves Portelli fait valoir : « Cette réforme nous impose de nous repenser. Nos missions ont changé et Atlas est attendu sur les services que nous apporterons aux branches, aux entreprises et aux salariés. »

Centre Inffo vous conseille également