Sylvain Vacaresse (Université Rennes-1) plaide pour une fluidification du système de formation

« L’intitulé de la réforme est réussi, et son axe visant à raccourcir la relation entre bénéficiaire et offre est intéressant, de même que l’alternance et l’Afest (action de formation en situation de travail). Mais elle est encore enfermée dans une logique de « petits morceaux », finançables un par un. Il faut faire plus confiance aux acteurs et bénéficiaires », analyse Sylvain Vacaresse, spécialiste du digital learning, dirigeant de LearningSalad, SkillBar et maître de conférences à l’Université de Rennes-1 et Paris-Sorbonne.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 23 juin 2020.

Pour lui, la réforme porte des faiblesses qui desservent son efficacité. « Il manque encore le niveau de simplification qui rendrait le système plus fluide », assure Sylvain Vacaresse. Pour lui, l’administration reste encore très formalisée, alors qu’il n’y a pas besoin de faire plus, le système est déjà archi contrôlé par la DGEFP, les Dirrecte, la Cour des comptes, les Opco…. « La FOAD est trop contrôlée. Or ce n’est pas pire que ce qui se fait en salle. Le décret sur la fin de la feuille d’émargement n’est pas appliqué par tous les Opco. » Or, prévient-il, le…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également