L’Afpa se lance dans l’apprentissage

L’Afpa profite de la réforme pour se positionner sur l’apprentissage… tout en veillant à ne pas concurrencer l’offre existante. Une dizaine de titres professionnels seront ouverts prochainement.  

Par - Le 21 juin 2019.

Alors que le plan social de l’Afpa était présenté le 18 juin en comité central d’entreprise, avec à la clé 1 174 suppressions d’emplois, l’ouverture à l’apprentissage représente une nouvelle opportunité économique pour l’opérateur, qui, en avril dernier, a inscrit cette activité dans les statuts de sa filiale « Entreprises ». L’Afpa était jusqu’ici un acteur modeste de l’alternance, positionné quasi-exclusivement sur le contrat de professionnalisation, avec 4 500 contrats par an, et n’avait pas investi le champ de l’apprentissage. Mais la réforme vient changer la donne.

« La réforme a assez rapproché les deux contrats – d’apprentissage et de professionnalisation – pour nous permettre de construire une offre de formation commune aux deux, et laisser le choix aux entreprises selon l’âge du public qu’elles ont à former », explique Denis Lullier, directeur des projets au sein de l’agence. « L’ouverture de l’apprentissage aux titres professionnels va permettre des cursus plus courts, et nous avons déjà beaucoup travaillé sur l’ingénierie par blocs de compétences », ajoute Rémi Bordet, directeur du développement.

Besoins non couverts

Reste à savoir sur quels titres et diplômes se positionner, sachant que l’Afpa n’arrive pas en terrain vierge et se refuse à concurrencer ses collègues des CFA: « On ne va pas développer d’offre sur le BTP s’il existe déjà localement un CFA du CCCA-BTP, assure Rémi Bordet. Nous avons fait un travail de repérage des besoins non couverts sur les territoires, en lien avec les branches et les entreprises, sur des formations correspondant à nos compétences et à nos plateaux techniques ». L’Afpa a identifié des opportunités dans le secteur du froid industriel, des remontées mécaniques en Savoie, de l’agroalimentaire, ou encore de l’intérim.

Une dizaine de titres professionnels

« On est en discussion avec de grands groupes qui veulent développer l’apprentissage et se demandent s’ils vont créer leur propre CFA ou déléguer, explique Denis Lullier. On est sollicité par des CFA d’entreprise pour travailler avec eux sur l’ingénierie du titre professionnel ». Dès septembre l’Afpa devrait proposer une dizaine de titres professionnels via l’apprentissage, essentiellement de niveau CAP, dans le secteur du bâtiment, de la production industrielle, du magasinage, du secrétariat ou encore la distribution. « La plupart sont des titres du ministère du Travail sur lesquels l’Afpa a déjà une offre de formation », précise Rémi Bordet.

L’Afpa souhaite qu’au moins un site par région propose de l’apprentissage, mais ne se fixe pas d’objectifs commerciaux pour l’instant. « On est dans une phase expérimentale, il nous faut d’abord trouver la bonne complémentarité avec l’offre existante, se faire reconnaître, et les résultats viendront progressivement », estime Rémi Bordet. Pas assez ambitieux selon certains syndicats : « L’Afpa a une carte à jouer sur l’apprentissage des adultes et doit être beaucoup plus offensive, estime André Thomas, président du syndicat CFE-CGC de l’Afpa, on voit que les Grétas s’ouvrent très vite, la concurrence a du bon aussi, et le statut d’Epic nous permet d’y aller ».

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform