Assemblée générale des Nations unies, le 28 septembre 2015. © Drop of Light

Les États membres de l’ONU adoptent un programme de développement durable avec un objectif d’“apprentissage tout au long de la vie”

L’Assemblée générale annuelle des Nations unies, qui s’est tenue du 15 au 28 septembre au siège de l’organisation à New York, marquait le 70ème anniversaire de la création de l’organisation. Des décisions cruciales ont été prises par les dirigeants de 193 États membres en vue de la mise en œuvre des dix-sept objectifs du “Programme de développement durable d’ici à 2030”.

Par - Le 29 septembre 2015.

Finalisé le 1er août dernier, ce programme a pour ambition d’éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

Le quatrième objectif de ce programme entend “garantir une éducation de qualité et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous”. En effet, tout devra être mis en œuvre afin d’augmenter, d’ici à 2030, “considérablement le nombre de jeunes et d’adultes disposant des compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat”.

Égalité d’accès aux apprentissages

Garantir l’éducation et la formation pour tous suppose également d’“éliminer les inégalités entre les sexes dans le domaine de l’éducation et assurer l’égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle”. D’ici à 2030, tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, devront savoir lire, écrire et compter.

Les filles étant les plus touchées par l’analphabétisme, il est important de concentrer davantage d’efforts pour réduire des inégalités à l’éducation et à la formation”, plaide Yves Attou, président du Comité mondial pour les apprentissages tout au long de la vie (CMA), dans un entretien accordé au Quotidien de la formation, le 28 septembre. Son organisation œuvre, depuis plusieurs années, en partenariat notamment avec l’Unesco en faveur de l’égalité d’accès aux apprentissages.

Il s’agit aussi d’accroître, d’ici à 2020, à l’échelle mondiale le nombre de bourses d’études offertes aux pays en développement, en particulier aux pays les moins avancés, aux petits États insulaires en développement et aux pays d’Afrique, pour “financer le suivi d’études supérieures, y compris la formation professionnelle, les cursus informatiques, techniques et scientifiques et les études d’ingénieur dans des pays développés et d’autres pays en développement”.

Des “indicateurs globaux”

Les objectifs du programme ont été déclinés en 169 cibles associées, permettant “une adaptation au plus près des politiques des différents pays”. Si le respect de ces objectifs est volontaire pour chaque État, “des indicateurs globaux permettront de suivre l’évolution des progrès accomplis et d’en assurer un suivi systématique sur le long terme”.

Le “Programme de développement durable d’ici à 2030” fait suite aux Objectifs du millénaire, qui avait pour objectif, notamment, d’“assurer l’éduction primaire pour tous”. Selon le programme des Nations unies pour le développement (PNUD), “depuis le lancement en 2000 de ce programme, le taux de scolarisation global dans les régions en développement a atteint 91 % en 2015, et le nombre d’enfants non scolarisés au niveau mondial a chuté de presque moitié”.

Si Yves Attou juge ces efforts considérables, il estime cependant qu’“il y a encore beaucoup à faire”.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters