Intervention de la ministre de l'Education nationale lors de la cérémonie des 40 ans des Gréta, à l'École Boulle, le le 6 octobre

Les Gréta (“groupements d’établissements” de l’Éducation nationale) fêtent leurs 40 ans

Par - Le 07 octobre 2014.

“La nécessité d’une éducation permanente me paraît d’actualité. Condorcet avait d’ailleurs compris que l’éducation permanente est à la fois un outil de justice sociale et de formation à la citoyenneté. Nous pouvons continuer à adhérer à cette idée.” C’est en ces termes que Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, s’est adressée au réseau des Gréta, à l’occasion des 40 ans d’existence de ces structures, le 6 octobre à Paris.

“S’impliquer au-delà de son propre périmètre”

“À l’occasion de cet anniversaire, a-t-elle considéré, maintenir la séparation entre formation initiale et formation continue n’est pas pertinent.” Elle a ainsi fait valoir que “la volonté de l’école est de ne pas se limiter à transmettre des savoirs initiaux”, mais bien de s’impliquer au-delà de son propre périmètre, en matière de décrochage scolaire, par exemple.

De ce point de vue, a expliqué la ministre, “la loi du 8 juillet 2013 de refondation de l’école de la République a rendu la vision d’un continuum entre éducation des enfants et des adultes, indissociable de l’idéal de démocratie”. “Une vision que portent les Gréta”, a-t-elle souligné.

“Un droit opposable au retour en formation”

Dans le cadre de cette même loi, le réseau de la formation de l’Éducation nationale a réformé sa gouvernance. Le rôle accru confié aux recteurs d’académie ouvre de nouveaux horizons pour faire face aux enjeux socioéconomiques, tout en maintenant le lien avec la formation initiale.

“Nous avons des défis considérables à relever”, a déclaré la ministre. Et de citer par exemple “un droit opposable au retour en formation pour les jeunes de moins de 25 ans sortis du système éducatif sans diplôme autre que le brevet, ou encore l’accès à la formation des salariés des TPE-PME”.

Blocs de compétences et mixité des parcours

Parmi les orientations exposées par la ministre, figurent notamment la nécessité “de renforcer la présence des Gréta dans les dispositifs éducatifs, via les campus des métiers et des qualifications, de réfléchir sur les blocs de compétences pour permettre la mixité des parcours, et de favoriser la montée en compétences des formateurs eux-mêmes”. Un nouveau groupe de travail intitulé “chantier métiers”, destiné aux formateurs, a d’ailleurs été créé au sein du ministère de l’Éducation nationale.

Le rôle du CPF

Juste avant l’intervention de la ministre, Emmanuelle Wargon, déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP), a indiqué que la réforme de la formation “essaie de créer un meilleur lien entre formation initiale et formation continue à travers le compte personnel de formation”. Il constitue en effet, selon la déléguée générale, “un véhicule par lequel on met plus de moyens collectifs pour permettre à bon nombre de personnes d’accéder à la certification et à la qualification”. Dans cette perspective, elle a estimé que les Gréta étaient “bien positionnés” et a espéré que l’offre de formation allait “s’ajuster”.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters