Les opérateurs de compétences évolueront dans un environnement plus encadré

Nouveaux interlocuteurs des entreprises, des branches professionnelles et des prestataires de formation, les opérateurs de compétences entreront officiellement en fonction au mois d’avril. Retour sur leurs missions et leurs obligations à l’occasion d’une matinée organisée par Centre Inffo, le 21 mars, dans le cadre du cycle « Dessine-moi la réforme ! ».

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 28 mars 2019.

  Le ministère du Travail s’apprête à délivrer leur agrément aux opérateurs de compétences (Opco) amenés à remplacer les organismes paritaires collecteurs agréés (Opca). Si leur acronyme se ressemble, leurs missions seront bien différentes. Soumis à davantage d’obligations, ils évolueront dans un environnement régulé par un nouvel acteur, France Compétences. À l’horizon 2021, le recouvrement des contributions légales voire conventionnelles sera assuré par l’Urssaf. Les fonds collectés transiteront par France Compétences qui les allouera aux financeurs en fonction des taux de répartition décidés par son conseil d’administration. Parmi eux, les opérateurs de compétences post réforme auront moins de marge de…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également