Martin

Par - Le 29 octobre 2008.

Stéphane Martin (41 ans) a été élu président de l’Afdas (“Assurance formation des activités du spectacle”), Opca et Opacif des secteurs de la culture, de la communication et des loisirs. Il succède, dans le cadre de l’alternance paritaire, à Jean Voirin, secrétaire général de la Fédération nationale des syndicats du spectacle, de l’audiovisuel et de l’action culturelle (FNSAC-CGT), qui devient vice-président.
Actuellement directeur délégué du Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV), trésorier de la Fédération de la publicité et membre du Conseil paritaire de la publicité (CPP), instance associée de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), Stéphane Martin entend travailler sur deux chantiers majeurs : se préparer à l’impact de la future réforme de la formation professionnelle et améliorer des actions déjà engagées (renouvellement de la certification Iso, professionnalisation des intermittents du spectacle, etc.).

“L’Afdas répond aux orientations fixées par Christine Lagarde dans sa note aux partenaires sociaux, notamment en termes de plancher de collecte et de services de proximité. Notre collecte pour l’année dernière s’élève à 151 millions d’euros. Les différents rapports sur la formation professionnelle, dont notamment celui de la Cour des comptes, notent le bon fonctionnement de notre organisme. L’Igas a même recommandé le maintien de l’Afdas en tant qu’Opacif.”

Pour anticiper les changements à venir, expose le nouveau président, “nous avons engagé des discussions avec Médiafor, l’Opca de la presse et des médias, en vue d’un éventuel rapprochement. Vu la proximité de nos métiers, nous avons bon espoir que cela aboutisse”. Bien que ses actions soient “hors champ”, la Fédération de la publicité, représentée à l’Afdas, a engagé un dialogue avec le Medef pour lui “exposer nos propositions dans le cadre de la réflexion sur la réforme de la formation”.
Par ailleurs, indique Stéphane Martin, “l’Afdas gère une profession de plus de 100 000 individus (intermittents du spectacle) au statut spécifique. D’où la mise en œuvre de nombreux accords innovants, tel celui sur le Dif transférable. Notre Opca a la particularité d’être la « direction formation » d’individus et non pas d’entreprises, notamment dans le cadre des plans de formation”.

Sur le plan interne, d’autres chantiers importants attendent le nouveau président. “L’année 2009 marquera le sixième anniversaire de la certification Iso de l’Afdas. Par rapport aux critiques faites dans le cadre des différents rapports, nous démontrons notre capacité à prendre en compte la qualité de nos services. La certification étant renouvelable tous les trois ans, nous sommes face à une nouvelle échéance d’amélioration continue de cette qualité.” Un autre challenge concerne le financement des “petites structures” adhérentes à l’Afdas. “En fonction de l’évolution et de la discussion au Parlement du projet de loi de finances 2009, qui envisage pour l’instant de supprimer la compensation des 10-20 salariés, nous aurons à trouver des réponses adéquates aux problèmes financiers liés à cette suppression”, explique Stéphane Martin, qui indique que son organisme va, par ailleurs, “renforcer [son] partenariat avec l’Agefiph afin d’accroître [ses] initiatives en faveur de l’embauche des personnes handicapées sous contrat de professionnalisation”. L’Afdas a également engagé “des actions, notamment sur la lutte contre l’illettrisme (dans le secteur des loisirs), le développement du tutorat, la gestion prospective de la séniorité (seconde partie de carrière), etc.”

Knock Billy

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters