Créer sans coder avec le « No code »

Le « No code » ? Un vocable pour désigner les technologies qui permettent de créer sites Web et applications sans coder. C’est aussi la nouvelle aventure d’Erwan Kezzar, ex de Simplon.co, qui poursuit ainsi sa marche pour la démocratisation du numérique.

Par - Le 23 septembre 2019.

Selon Erwan Kezzar, co-fondateur de Simplon.co (voir notre article) qu’il a quitté en juillet 2017, la journée mondiale des développeurs qui s’est tenue le 13 septembre a fait l’impasse sur l’une des innovations majeures de la rentrée : la montée en puissance des formations « No code ». « Contrairement à l’IA [ 1 ]Intelligence artificielle. et à la blockchain [ 2 ]chaîne de blocs, les technologies du  » no code  » passent encore assez inaperçues », constate-il. « Ce sont pourtant des technologies majeures, révolutionnaires, qui permettent de créer de façon beaucoup plus accessibles des sites Web avancés ou des applications mobiles type Airbnb ou Twitter ». Comme son nom l’indique, le « No code » désigne un mode de développement qui privilégie les interfaces visuelles et le langage humain. Conséquence : plus besoin d’apprendre à coder pour se lancer dans l’aventure de la création numérique.

Parce que l’on aura toujours besoin de code pour des développements de grande complexité, il ne s’agit pas de prétendre à la disparition des développeurs. Mais l’arrivée à maturité des générateurs d’applications type Bubble, permet d’envisager une autre approche de la création. Là où nombre de porteurs de projets ne dépassaient pas le stade de l’idée faute de compétence informatique, l’essor du « No code » représente la possibilité pour tout un chacun d’accéder à de véritables technologies de production. « Ce qui est révolutionnaire, c’est l’usage qui va en être fait », prophétise Erwan Kezzar. Il le reconnaît volontiers : « s’appuyer sur des technologies puissantes et accessibles, c’est comme ça que j’avais eu l’idée de Simplon ! »

Les formations Contournement

Pour sa nouvelle aventure, Erwan Kezzar s’est associé à deux ex Simplon, Charlotte Limousin et Laure Pichot, pour cofonder TharGo. Cabinet de conseil spécialisé dans le montage de projets d’insertion autour du numérique solidaire, TharGo porte aussi une activité de formation entièrement dédiée au « No code », baptisée Contournement. Imaginée par Erwan Kezzar avec le hacker Alexis Kovalenko, Contournement revendique d’être la première formation présentielle de longue durée du secteur. La cible ? Les porteurs de projets individuels, les free-lance, les auto-entrepreneurs et les salariés hors temps de travail [ 3 ]Les entreprises intéressées par le « No code » sont directement accompagnées par TharGo..

Deux parcours « Do It Yourself » d’une durée de 12 jours facturés 3 500 euros [ 4 ]Voir sur le site pour les tarifs « Early Bird ». sont proposés. L’un à raison de 3 jours par semaine pendant 1 mois, l’autre à raison d’un soir par semaine + le samedi pendant 6 semaines. Dans les deux cas, il s’agit d’être capable de créer le prototype d’une application Web ou mobile. Pour aller plus loin, une formation de 5 semaines à temps plein est également proposée pour devenir « No Code maker » (4 500 euros en Early Bird jusqu’au 22 novembre). Nouveauté à compter du 23 septembre : « pour répondre à la demande, des formations d’une journée s’ajoutent au catalogue », précise Erwan Kezzar.

Au-delà des formations, Contournement propose des ateliers-découverte et événements destinés à créer et fédérer une « communauté des makers du numérique ».

À découvrir sur www.contournement.io/

Notes   [ + ]

1. Intelligence artificielle.
2. chaîne de blocs
3. Les entreprises intéressées par le « No code » sont directement accompagnées par TharGo.
4. Voir sur le site pour les tarifs « Early Bird ».

Centre Inffo vous conseille également