L’ikigaï, ou l’art de se poser les bonnes questions

Les formateurs, les coachs rencontrent des salariés qui ne se sentent pas en accord avec leur vie professionnelle. Les inviter à s’interroger sur leur ikigaï, “leur raison de vivre”, peut être salvateur.

Par - Le 09 août 2021.

L’ikigaï, est une philosophie de vie venue du Japon, dont le coach de dirigeants Pierre Cocheteux a fait un outil de développement professionnel. 

L’ikigaï, kezako ?  

Pour trouver son ikigaï, il faut répondre à quatre questions : “Qu’est-ce que j’aime faire ?”,  “Pour quoi suis-je doué ?”, “De quoi le monde a-t-il besoin ?”, “Est-il possible de vivre en faisant ce que j’aime ?” “Chacun constate que certaines activités sont coûteuses en énergie tandis que d’autres au contraire nous ressourcent. Une donnée à prendre en compte lorsque l’on recherche son ikigaï”, explique Pierre Cocheteux, auteur de Mettez votre ikigaï au service de votre réussite professionnelle, paru chez Maxima et qui a reçu le “Prix du conseiller – Prix du livre Pôle emploi 2020”.  

Des compétences sur lesquelles on peut compter 

Les compétences, ce sont pour Pierre Cocheteux des qualités profondes que les individus développent depuis leur enfance. Capacité d’écoute, de synthèse, sens de l’observation, leadership… Selon lui, les individus ont tendance à dénigrer leurs propres compétences car, les possédant, ils trouvent qu’il est trop facile de s’en servir. “Il faut, au contraire, les renforcer. Elles permettent d’être en accord avec soi-même et d’apporter plus de valeur à ce que l’on fait. Souvent, on demande aux salariés de sortir de leur « zone de confort ». Mais à quel prix le font-ils ? Et vont-ils être vraiment bons ?”, s’interroge-t-il.  

Un ikigaï qui change au fil de la vie 

L’ikigaï est donc une façon de se respecter. Il n’est pas figé pour autant. Ce à quoi l’on aspire à 30 ans est différent de ce à quoi on aspirera plus tard. Et entre temps, ces compétences fondamentales que l’on aura encore développées deviendront des “ultra-compétences”, selon l’expression de Pierre Cocheteux, très utiles pour évoluer professionnellement.  

Se faire accompagner pour trouver son ikigaï  

Rien de tel que d’être accompagné pour trouver son ikigaï. “Il s’agit d’être en mesure d’accepter son histoire et de lui donner du sens. Le point de vue d’un coach permet d’avancer plus vite. En une quinzaine d’heures, on peut trouver son ikigaï”, affirme Pierre Cocheteux, coach de dirigeants. Au Japon, l’ikigaï est un art de vivre, un outil puissant qui permet de savoir pourquoi on se lève le matin. C’est ce qui permet à une personne de révéler son potentiel et de donner du sens à ses actions ; c’est son don, son talent, ce qui la définit et la rend unique. 


Articule publié dans Inffo Formation 1004 (accès abonnés), le magazine des acteurs de la formation professionnelle. Il paraît tous les 15 jours et propose des informations lisibles et opérationnelles.

S’abonner à Inffo Formation Acheter au numéro

 

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur