L’École des Ponts ParisTech impliquée dans la démarche VAE

L’École des Ponts a mis en place depuis le 1er septembre une cellule VAE. La mission de cette cellule inclut l’information, le conseil et l’orientation des candidats à la VAE pour le diplôme d’ingénieur de l’École des Ponts désormais accessible par la voie de la VAE.

Par - Le 16 décembre 2008.

Hassane Akka, responsable VAE à l’École des Ponts, souligne que “l’École des Ponts a engagé la réflexion sur la VAE dès 2004, dans le cadre des travaux du groupe VAE de ParisTech animé par Françoise d’Épenoux. Avec la direction de l’enseignement, nous avons mis en place les procédures et les outils de validation en tenant compte des spécificités de la formation d’ingénieur de l’École des Ponts et des recommandations de la Commission des titres d’ingénieur (CTI). Le dispositif de VAE pour les ingénieurs n’est pas une solution de cumul de différents titres d’ingénieur, mais est, a priori, destiné aux non titulaires d’un diplôme d’ingénieur et devrait leur être réservé”. Les recommandations de la CTI stipulent que le diplôme d’ingénieur délivré par la voie de la VAE est le même que celui délivré par la voie de la formation initiale.

L’évaluation s’appuie sur un dossier rédigé par le candidat, qui décrit son expérience professionnelle, en mettant en exergue les compétences mises en œuvre, qui correspondent à celle du référentiel du diplôme d’ingénieur de l’École. Le candidat doit rédiger un rapport et effectuer une présentation orale d’un projet d’ingénieur qu’il aura réalisé avec l’aide éventuelle d’un accompagnateur de niveau au moins équivalent à ce qui est demandé aux élèves ingénieurs pour leur projet de fin d’études (PFE). “Cette présentation orale s’effectue devant un jury VAE nommé par le directeur de l’École des Ponts après avis du CER (Conseil de l’enseignement et de la recherche). Il est composé de cinq à huit membres dont au moins trois professeurs de l’École et une majorité d’enseignants-chercheurs (comme le prévoit le décret portant sur la VAE dans l’enseignement supérieur), ainsi que des personnes ayant une activité principale autre que l’enseignement et compétentes pour apprécier la nature des acquis, notamment professionnels, dont la validation est sollicitée.

Stratégie de carrière

Nous avons recensé une quarantaine de demandes d’information sur la procédure de VAE à l’École des Ponts, poursuit Hassane Akka, de la part de candidats de niveau bac + 3 à + 5 (de formations en mathématiques, génie industriel, en génie civil, etc.), en poste dans des entreprises et souhaitant valider leur expérience professionnelle par l’obtention d’un diplôme d’ingénieur. Par exemple, des personnes de niveau bac + 3 à + 4 qui exercent dans le secteur du génie civil depuis quinze ans veulent valider cette expérience pour promouvoir leur évolution en interne ou une réorientation professionnelle. Ces personnes ont une stratégie de carrière.

Hassane Akka ajoute : “Certaines entreprises prennent en charge les frais relatifs à la démarche VAE, car cela constitue une promotion interne pour le salarié qui exerce la fonction d’« ingénieur maison ». Ce type d’initiative reste encore rare.
La VAE reste une démarche personnelle, mais certaines entreprises l’inscrivent dans une démarche de gestion des compétences et de promotion sociale. “Le danger serait de croire que ce dispositif VAE est un dispositif passif et purement administratif. Au contraire, il nécessite une forte motivation personnelle et implique une expérience substantielle qui est l’objet même de la validation. Je constate aujourd’hui que beaucoup de DRH ne se sont pas encore appropriés le processus de VAE, ce qui pourrait priver les entreprises d’une réelle opportunité dans la gestion stratégique des compétences.

Contact :

École des Ponts ParisTech, direction de l’enseignement, cellule VAE

Courriel: hassane.akka [at] enpc.fr (remplacez les indications entre crochet) Courriel: (http://hassane.akka [at] enpc.fr) (remplacez les indications entre crochet)

www.enpc.fr

Centre Inffo vous conseille également