L’Unesco veut réunir les conditions d’un “apprentissage tout au long de la vie”

Assurer une formation tout au long de la vie qui ne relève pas de la rhétorique mais de l’action suppose de promouvoir et d’organiser la convergence de tous les systèmes, moyens et modalités d’apprentissage.

Par - Le 16 novembre 2008.

“Le savoir est devenu une des matières premières de la nouvelle économie. C’est aussi une technologie, un produit. Le savoir devient un pouvoir. Apprendre tout au long de la vie est bien une nécessité”, a déclaré Amada Ouane, directeur de l’Institut de l’Unesco pour l’apprentissage tout au long de la vie, lors de sa conférence inaugurale du Forum.

Trois conditions sont nécessaires pour assurer un apprentissage tout au long de la vie : une expansion de l’éducation, une amélioration de la qualité et un accroissement des investissements. Mais Amada Ouane a relevé des obstacles : les inégalités et l’exclusion augmentent, l’alphabétisation universelle est un défi de grande ampleur, ainsi que l’éducation pour tous.

Comment passer d’un concept à un système, de la rhétorique à l’action ? Amada Ouane a préconisé de prendre d’abord en compte un éventail et une diversité de “savoirs, compétences, talents, valeurs, sagesses, attitudes, expériences pratiques”. Ensuite, de promouvoir l’éducation et la formation pour tous (petite enfance-enfants, adolescents, jeunes, adultes, filles-garçons, femmes-hommes), ayant des besoins éducatifs divers ou spéciaux. Enfin, il a recommandé de répondre aux besoins et aux demandes éducatives à travers de multiples institutions et modalités (famille, école, communauté, lieux de travail et loisirs, médias, livres, ordinateurs, etc.). Tout ceci suppose de promouvoir et d’organiser la convergence de tous les systèmes, moyens et modalités d’apprentissage disponibles, d’intégrer éducation et formation.

Il a regretté que les dépenses publiques en matière d’éducation n’aient pas suivi le taux de croissance économique. Différents mécanismes peuvent, selon lui, augmenter les ressources pour développer l’ATLV : l’action gouvernementale, les subventions, les modifications fiscales, la régulation et l’initiative privée. En conclusion, Amada Ouane a précisé que 145 rapports nationaux ont été réalisés et que des synthèses par grandes zones et un rapport global étaient en cours.

[(Les écarts en chiffres

  •  Le fossé entre les pays riches et pauvres a presque doublé entre 1973 et 2005.
  •  16,4 % de la population vit avec un dollar par jour, 43,5 % avec deux dollars par jour.
  •  771 millions d’adultes sont analphabètes.
  •  75 millions d’enfants n’ont pas accès à l’école.
  •  6 % des jeunes sont au chômage.
  •  12,3 % des femmes sont au chômage.
  •  Le nombre des migrants est passé de 120 millions en 1990 à plus de 150 millions en 2000.)]

[(“Vivre, c’est apprendre”

“Mutuelle du monde de l’éducation, la Maif est le partenaire naturel de ce 1er Forum mondial de l’éducation et de la formation tout au long de la vie”, a expliqué Roger Belot, président-directeur général de la Maif.
Depuis 2000, la Maif a généralisé l’utilisation de la méthode des
“habiletés” pour le recrutement de ses conseillers en assurance. Des personnes de tous âges et de tous horizons peuvent ainsi prétendre à l’emploi, et bénéficier par la suite de la formation interne. Le recours aux contrats de professionnalisation (100 dont 45 visaient un certificat en 2008) et l’emploi de personnes handicapées (114 salariés en 2007) s’accélèrent de même depuis quelques années. Enfin, la Maif a conçu1 l’assistance scolaire personnalisée (ASP), un site de soutien scolaire complet et gratuit.
Elle propose aussi à ses sociétaires d’autres sites spécifiques2 dédiés à la prévention ou à l’éducation pour accompagner leur progression dans leur vie d’homme et de citoyen. “Vivre, c’est apprendre”, a conclu Roger Belot.
1. En partenariat avec Rue des écoles, http://www.ruedesecoles.com
2. Voir http://www.maif.fr
)]

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform