La francophonie contre-attaque

Par - Le 01 juillet 2013.

Bien qu’elle soit constituée d’établissements d’enseignement
supérieur et de recherche, une grand
part de l’offre de formation de l’Agence universitaire
de la francophonie (AUF) s’adresse à des
personnes en situation d’emploi. “Nous avons
constaté que l’AUF devient un opérateur majeur
pour la formation continue, alors qu’initialement,
en tant qu’association d’Universités, nous étions
dans une mission de formation initiale. D’ailleurs,
l’Agence a exprimé lors de sa dernière assemblée
générale [ 1 ]La 16e assemblée générale de l’AUF a réuni 610 participants
venus de 65 pays.
sa volonté de renforcer sa position d’opérateur
de formation continue. C’est un moyen de
lutter contre la fuite des intelligences”, indique son
recteur, Bernard Cerquiglini.

En effet, précise-t-il, “en formant sur place et de
façon adéquate, en renforçant les capacités professionnelles
de personnes qui suivent nos modules en
formation continue, nous participons à leur promotion
sociale. Un sondage auprès de nos usagers
prouve d’ailleurs que neuf fois sur dix, ceux-ci ont eu
une promotion ou une augmentation à l’issue d’une
formation”. C’est pourquoi l’AUF entend “mettre
un accent particulier sur la formation continue et
la rendre plus pertinente”.

Une offre de formation continue variée

Tout en reconnaissant l’importance d’amplifier
son offre de formation initiale, l’Agence juge
indispensable d’accompagner le développement
des pays du Sud à travers une formation continue
qui réponde aux besoins locaux. Ceux-ci
sont considérables, expliquant la diversification
de l’offre de l’Agence, notamment les masters
professionnels. Actuellement, ses établissements
membres proposent plus d’une centaine de
formation de niveau master en informatique,
en sciences, en génie civil, etc. “Ces formations
sont proposées à tout le monde, mais, nous
constatons qu’elles sont principalement suivies
par des personnes en formation continue”, insiste
Bernard Cerquiglini. D’ailleurs, l’assemblée générale
de l’agence a décidé, dans sa déclaration finale,
de “renforcer la pertinence sociale et économique
de [ses] formations”.

Mais comment expliquer le développement des
formations continues ? Cet engouement est dû à
“l’extraordinaire explosion d’internet et des cybercafés
dans les pays en développement, précise le recteur.
Une démocratisation grâce à laquelle les personnes
en situation d’emploi peuvent se connecter où et
quand elles le souhaitent ou le peuvent, pour accéder
aux contenus de nos formations”.

La “pensée pédagogique francophone”

L’AUF mise sur la formation à distance
pour développer son offre. Car, pour Bernard
Cerquiglini, “elle permet une formation continue
pertinente pour les pays émergents”. Et cette
offre repose surtout sur le développement des
campus numériques francophones (CNF). En
effet, insiste-t-il, “l’avenir de l’AUF sera numérique”,
indique le recteur. Il souhaite “favoriser la
création de consortiums d’Universités pour produire
des formations à distance ouverts à tous. Nous entendons
jouer la carte des Moocs”. Ces “massive online
open courses”, cours en ligne “ouverts et massifs”,
pour le coup de conception anglo-saxonne, ont
pour objectif de réunir un maximum d’apprenants
en ligne en les incitant à coopérer, à
s’entraider et à participer, dans une logique de
co-construction de la formation.

“Nous allons lancer des modules dans un objectif
d’utilité professionnelle accessible en formation
continue. Nous ne le ferons pas avec une inspiration
mercantile, à l’américaine, qui consiste à mettre des
cours en ligne. Nous le ferons en développant un
modèle francophone.” Les Moocs francophones
développeront une médiation, avec des tuteurs
pédagogiques.

“Notre préoccupation est de permettre aux personnes
en formation d’avoir de bons diplômes,
avec des acquis qui leur permettent à leurs détenteurs
d’être opérationnels. Nous ne voulons
pas délivrer des attestations pour avoir suivi tel
ou tel module de formation, mais des diplômes
de grandes Universités. Donc une formation de
qualité”, argumente Bernard Cerquiglini, qui
défend la “pensée pédagogique francophone”.

Notes   [ + ]

1. La 16e assemblée générale de l’AUF a réuni 610 participants
venus de 65 pays.

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia