Copie d'écran du site gouvernemental 1 Jeune 1 Mentor

« 1 jeune, 1 mentor » – Le mentorat se déploie et se décline

« 1 jeune, 1 mentor », mesure du plan « 1 jeune, 1 solution », vise à déployer massivement le mentorat au bénéfice des jeunes de moins de 30 ans. Les objectifs sont ambitieux : passer de 30 000 jeunes actuellement accompagnés dans le cadre d’un mentorat, à 100 000 jeunes en 2021 et 200 000 en 2022.

Par - Le 13 octobre 2021.

Le déploiement met en relation entre jeunes et mentors volontaires à travers une plateforme et des associations spécialisées, pour des accompagnements de qualité. De multiples déclinaisons sont possibles en fonction des profils de chacun, ainsi que de la situation et des projets des jeunes.

Dans le contexte de la crise née de la Covid 19, la promotion du mentorat vise à soutenir les jeunes dans leur scolarité, leur orientation, une recherche de stage, d’alternance ou d’emploi. Il s’agit d’inscrire dans le paysage français cette relation particulière d’accompagnement bénévole, en appui des autres politiques publiques pour la jeunesse, à l’instar de ce qui existe par exemple au Canada [ 1 ]voir le dossier du numéro n° 1016 du magazine Inffo formation : « Plan “1 jeune, 1 mentor” – Une nouvelle jeunesse pour le mentorat. »

Un déploiement appuyé par une plateforme et des associations spécialisées

La plateforme dédiée, « 1 jeune, 1 mentor », s’adresse à la fois aux jeunes en recherche d’un mentor, et aux volontaires pour le devenir. Elle propose également une entrée pour les entreprises souhaitant engager leurs équipes dans la démarche.

Des associations spécialisées assurent ensuite la mise en relation, la formation et le suivi du mentor.

Les principaux acteurs engagés dans le mentorat se sont constitués dans un collectif, le « collectif mentorat », qui pilote et anime la plateforme.

Le ministère du Travail a sélectionné un ensemble d’associations et fondations spécialisées, à travers deux appels à projets.

Un binôme, de multiples combinaisons

Les profils de mentors recherchés ne se limitent pas aux actifs et retraités : les lycéens et étudiants peuvent aussi le devenir.

L’engagement correspond à quelques heures par mois, à consacrer à un accompagnement inscrit dans la durée, de 6 mois à 6 ans.

Le rôle de mentor peut revêtir des aspects multiples : écoute, conseils, connaissance d’un secteur professionnel et d’un métier, partage d’un réseau. Il est aussi porteur d’apprentissages pour le mentor, à travers la relation d’échanges développée avec le jeune et ce qu’elle permet de découvrir de soi-même.

Des déclinaisons thématiques

Des associations promeuvent des déclinaisons du mentorat appliqué à des thématiques spécifiques.

Ainsi, l’Association nationale des apprentis de France (Anaf) a par exemple lancé un programme spécifique de mentorat destiné aux apprentis ou futurs apprentis : « le mentorat de l’apprentissage. »

Le Moovjee, mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs, développe pour sa part en œuvre un mentorat dédié à ceux qui ont un projet d’entreprenariat.

Pour les jeunes en situation de handicap, la Fédé 100 Handinamique assure des mises en relation avec des parrains aux profils complémentaires en fonction des besoins.

Le plan « 1 jeune, 1 mentor » parviendra-t-il à faire infuser une nouvelle culture de la solidarité, basée sur le bénévolat, à la hauteur des ambitions affichées ? Sa réussite dépendra fortement de la capacité à entrainer un engagement massif de mentors volontaires.

Plus d’informations :

Notes   [ + ]

Logo Euroguidance Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur