Erasmus + : la mobilité des apprenants de la formation professionnelle progresse

L’observatoire Erasmus + vient de publier une nouvelle note : « Erasmus + : vers une démocratisation et une inclusion renforcées ? ». Cette étude se penche sur l’ouverture du programme Erasmus + aux différents publics, et sa dimension inclusive, avec un focus sur la participation des apprenants de l’enseignement et de la formation professionnelle (EFP).

Par - Le 03 avril 2019.

Cette étude s’appuie sur une enquête réalisée auprès de 8 500 participants à une mobilité durant l’année 2016 – 2017. La comparaison avec les résultats d’une précédente enquête présentée en 2016 permet de dégager quelques tendances majeures.

La proportion des alternants s’accroît

Parmi les apprenants de l’EFP en mobilité Erasmus +, la voie scolaire demeure majoritaire, correspondant à 54 % des bénéficiaires.

Toutefois, la proportion des alternants s’accroît : les apprentis forment désormais 23 % des effectifs de l’EFP en mobilité, et les contrats de professionnalisation 7 %. Par rapport à la précédente enquête, cela représente une hausse de 5 points de la proportion des alternants parmi l’ensemble des apprenants de l’EFP en mobilité (30 %, contre 25 % précédemment). La population totale des alternants en mobilité Erasmus + pour 2016 – 2017 est estimée à 5 000 participants.

Enfin, les stagiaires de la formation professionnelle continue comptent pour 16 % des effectifs de l’EFP en mobilité.

Le niveau de qualification étroitement lié à la voie de formation

Les apprenants de l’EFP en mobilité qui préparent une qualification de niveau 3 (ancienne nomenclature : niveau V), sont à plus de 80 % des apprentis. Inversement, les apprenants visant un niveau 4 (nouvelle nomenclature et ancienne) sont majoritairement sous statut scolaire, ainsi que la totalité de ceux inscrits dans une formation de niveau supérieur (niveau VI de l’ancienne nomenclature).

Au sein de la population des alternants en mobilité, deux tiers préparent une qualification de niveau 4 (nouvelle nomenclature et ancienne) et un tiers une qualification de niveau 3 (ancienne nomenclature : niveau V).

En termes de domaine d’activités, les alternants en mobilité sont plus particulièrement présents dans la filière ingénierie, production, construction et celle des services.

Un taux d’accès à ma mobilité qui demeure limité

Les auteurs de l’étude estiment, en croisant différentes données, que le ratio de bénéficiaires de mobilité Erasmus + pour 10 000 apprenants de l’EFP s’élèverait à 61, soit 0,6 % ; à comparer au taux d’accès au programme des étudiants de l’enseignement supérieur, presque trois fois plus élevé [ 1 ]Source.

Des disparités régionales sont relevées, les Régions Nouvelle-Aquitaine et Ile-de-France apparaissant les plus dynamiques dans la mobilité en EFP.

L’étude s’attache par ailleurs à mettre en avant la dimension inclusive du programme Erasmus +, en se référant à une multiplicité de critères pour valoriser la participation au programme de publics dits « jeunes avec moins d’opportunités ».

Notes   [ + ]

1. Source
Logo Euroguidance Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform