Édito de novembre-décembre 2021 – L’innovation pour… donner envie

Pour une société de la compétence, il faut de la formation tout au long de la vie. Ce qui passe par une offre, des dispositifs, des moyens et de l’accompagnement, mais aussi par un plus grand désir individuel et collectif de formation. Et le désir, ce n’est pas toujours rationnel…

Par - Le 25 novembre 2021.

« Un adulte n’est prêt à se former, que s’il trouve, ou s’il peut espérer trouver dans la formation qu’on lui offre, une réponse à ses problèmes, dans sa situation. [ 1 ]Schwartz Bertrand, Leselbaum Nelly. Entretien avec Bertrand Schwartz. In : Recherche & Formation, n°6, 1989. Les professions de l’éducation : recherches et pratiques en formation. pp. 67-81 ;
https://www.persee.fr/doc/refor_0988-1824_1989_num_6_1_984
 »

Les professionnels de la formation « canal historique » auront reconnu la patte de Bertrand Schwartz, qui demeure à ce jour une source majeure d’innovation dans le champ de l’insertion par l’accompagnement et la formation. Alors que Centre Inffo s’apprête à célébrer 50 ans d’engagement pour la formation professionnelle à l’occasion de l’anniversaire des lois Delors, on peut se souvenir que l’une des contributions majeures du père des Missions locales aura été de plaider pour la déstagification, la refonte des contenus et des process de formation et d’évaluation. Autant d’objectifs portés dès 1971 par Bertrand Schwartz et qui font partie intégrante de la réforme de 2018.

Aujourd’hui, l’essor des logiques de marché qui viennent étayer la construction d’une société de la compétence appelle à considérer une autre dimension du propos de Bertrand Schwartz : comment susciter l’envie des personnes en proie à une situation-problème de passer par la case formation pour atteindre le changement espéré ? Par crainte d’une marchandisation jugée inappropriée, les outils classiques du marché destinés à créer de l’appétence – le marketing & la publicité – ont longtemps été tenus à l’écart du secteur.

Marketer la formation

Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le marketing et la publicité, ce sont par exemple précisément les techniques que Marc-François Mignot Mahon, CEO de Galileo Global Education, a appelé à mobiliser pour relever le défi de l’attractivité des métiers lors de la matinée d’échanges organisée à l’Assemblée nationale, le 18 octobre dernier, par Terra Nova et L’Institut Montaigne (notre article).

Une traduction très concrète et aboutie de cette nouvelle approche de la formation est proposée par le cabinet de formation et de coaching Odbi, fondé par Yoann Duclos. Pour communiquer de manière transversale sur l’ensemble de ses programmes, ce serial entrepreneur et ex dirigeant d’une agence de communication digitale a choisi de tourner un clip vidéo de 4’50 qui revendique sans complexe les mécanismes de la publicité.

« Quand vous voyez une pub Apple, on ne vous expose pas la technique du produit mais des scènes de vie qui génèrent des émotions »

Et c’est bien cette autre manière de démontrer ce que le produit amène dans la vie de son utilisateur que Yoann Duclos a choisi de scénariser avec le concours d’une agence de communication pour vendre, non plus un produit, mais un service. Seul personnage réel à apparaitre dans le clip, Yoann Duclos s’est entouré de comédiens pour illustrer son offre, avec un message à la clé : « comment un accompagnement ciblé peut véritablement transformer des vies. »

En l’occurrence, celle d’une maman solo qui ne parvient plus à communiquer avec son fils, celle d’un entraîneur sportif dépassé par un membre de l’équipe, et celle d’une cadre qui ne sait pas comment procéder pour mobiliser ses collaborateurs. Sans rentrer dans le back office des ingénieries pédagogiques déployées, le clip met en scène l’accompagnement distanciel de la maman solo, le coaching présentiel de l’entraîneur sportif et la formation en intelligence collective suivie par la cadre. Avec, pour résultat, une énergie retrouvée et des objectifs atteints.

À la différence du clip de France compétences sur le conseil en évolution professionnelle, beaucoup plus informatif, l’approche Odbi joue à fond la carte de l’émotion et des ressentis pour donner l’envie de se former. Dans le champ de la formation, c’est une innovation ! La question de l’éthique ne manquera pas d’être soulevée : les promesses d’une publicité n’engagent-t-elles pas que le récipiendaire ? Chez Odbi, on répond par une double garantie « satisfait ou remboursé » / « satisfait ou re-formé ».

UN ÉVÉNEMENT AU HASARD (OU PRESQUE…) ?

Vous avez jusqu’au 1er mars 2022 pour candidater à la 15e édition du prix de l’association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH). Parmi les critères de sélection, les organisateurs insistent sur les résultats obtenus, la reproductibilité, la transférabilité de l’action dans plusieurs contextes professionnels et, bien sûr, sur la dimension innovante des projets !  Motivé(e) ? C’est par ici : https://www.anfh.fr/sites/default/files/fichiers/anfh_prix_2022_bulletin_inscription_2.pdf


S’abonner à la lettre de l’innovation ? C’est gratuit : www.centre-inffo.fr/produits-services/produits/newsletters/la-lettre-de-linnovation

Notes   [ + ]

1. Schwartz Bertrand, Leselbaum Nelly. Entretien avec Bertrand Schwartz. In : Recherche & Formation, n°6, 1989. Les professions de l’éducation : recherches et pratiques en formation. pp. 67-81 ;
https://www.persee.fr/doc/refor_0988-1824_1989_num_6_1_984

Centre Inffo vous conseille également