L’emploi et la formation au programme des Assises du commerce

Les Assises du commerce lancées par le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, le 1er décembre, sont l’occasion de faire un point sur les enjeux de recrutement et de formation au sein d’un secteur confronté à d’importantes mutations. L’emploi fait partie des quatre thèmes sur lesquels les acteurs du commerce sont invités à faire des propositions d’ici à la fin du mois de décembre.

Par - Le 09 décembre 2021.

Réfléchir à ce que sera le commerce de demain : c’est l’exercice proposé par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance à toutes les parties prenantes d’un secteur en pleine transformation. Avec près de 1 500 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 3,6 millions d’emplois en incluant le commerce de gros, le secteur représente « une force de frappe économique exceptionnelle », mais « le paradoxe », c’est que « nous n’avons jamais défini de politique commerciale », a souligné le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance en donnant le coup d’envoi des Assises du commerce, le 1er décembre, à Bercy.

Bâtir « une politique nationale du commerce »

Pour combler cette lacune, Bruno Le Maire a convié l’ensemble des acteurs du commerce, à échanger sur les défis auxquels ils font face. Depuis le 1er et jusqu’au 16 décembre, représentants de la grande distribution, du commerce de proximité, des enseignes spécialisées, de la vente en ligne mais aussi parlementaires, élus locaux, universitaires et associations de consommateurs, vont plancher sur l’avenir du secteur. Ces échanges s’organiseront autour de quatre ateliers prenant en compte les grands bouleversements auxquels le commerce est confronté. Il s’agit de répondre aux nouveaux modes de consommation (essor du numérique, préoccupations environnementales et sociétales, etc.), de développer le commerce dans les territoires, de renforcer l’équité entre les acteurs et leur compétitivité et de répondre aux enjeux de recrutement et de formation qui découlent des mutations en cours et à venir.

Des mutations qui ont des conséquences directes sur les emplois

Dans le volet emploi et compétences des Assises du commerce, « il faudra traiter tous les sujets », détaille Bruno Le Maire : pénurie de mains d’œuvre, accompagnement des salariés dont les emplois sont menacés, émergence de nouveaux besoins en compétences, adaptation des formations… « Le commerce est depuis plusieurs décennies sujet à d’intenses destructions et créations d’emploi en lien avec l’évolution des produits et des comportements de consommation », rappelle la ministre du Travail, Élisabeth Borne. Vente en ligne faisant appel à des compétences en numérique et en logistique, automatisation et robotisation qui menacent une partie des emplois, exigence de qualité et demande de services personnalisés nécessitant expertise et écoute… : les tendances observées ces dernières années s’accélèrent depuis la crise sanitaire.

Affiner les actions en faveur de l’emploi et des compétences

Dans cette période chahutée, le gouvernement a mis en place différentes actions pour soutenir l’emploi et la formation tels que le renforcement du FNE-formation ou la création du dispositif « Transitions collective » dont s’est déjà emparé le groupe Monoprix. Ces Assises du commerce seront l’occasion d’aller plus loin, « d’échanger, d’affiner ou d’améliorer nos actions quand il le faudra », précise la ministre du Travail.

Des propositions concrètes dès janvier 2022

L’atelier consacré à l’emploi et aux compétences est animé par trois personnes : Véronique Allais, présidente de l’Opcommerce, Jérôme Nanty, directeur des ressources humaines de Carrefour et Laurence Taillandier, dirigeante d’un magasin d’optique. Leur groupe de travail, comme les trois autres (lire ci-dessous), se réunira à plusieurs reprises d’ici au 16 décembre en vue de présenter leurs diagnostics et conclusions au ministre de l’Économie le 4 janvier. L’ensemble des propositions concrètes seront remises au président de la République au courant du mois de janvier. Les mesures d’ordre réglementaire qui découleront de cette concertation seront engagées rapidement, a assuré Alain Griset, alors ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises[ 1 ]Alain Griset a démissionné de sa fonction de ministre le mercredi 8 décembre.. Quant aux autres, elles contribueront à alimenter les débats de la campagne présidentielle…

Les Assises du commerce, une concertation organisée autour de quatre ateliers

  • Reconquête du commerce dans les territoires
  • Nouveaux modes de consommation et nouveaux modèles économiques
  • Equité commerciale et compétitivité
  • Emploi et compétences dans le commerce

 

Le commerce en France

1 454 milliards d’euros de chiffre d’affaires

  • Commerce de détail : 518 milliards d’euros
  • Commerce et réparation de l’automobile : 131 milliards d’euros
  • Commerce de gros : 670 milliards d’euros
  • Intermédiaires du commerce : 135 milliards d’euros

3,6 millions d’emplois dont plus de 2,1 millions dans le commerce de proximité

 

Notes   [ + ]

1. Alain Griset a démissionné de sa fonction de ministre le mercredi 8 décembre.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Advertisement