Des courtiers pour la formation

Par - Le 21 avril 2009.

Permettre aux entreprises de faire des économies substantielles sur leurs budgets formation en leur trouvant les prestations aux tarifs les plus bas. Tel est l’objectif de Berlan, qui propose depuis le début de l’année une ligne de courtage en formation professionnelle.

Créé en 2004 en Grande-Bretagne par un regroupement d’experts européens du monde de la formation, Berlan est le seul cabinet de conseil en Europe possédant la double compétence achat et formation. Déjà présent en Suisse, au Luxembourg et en Grande-Bretagne, nos activités ont débuté en France en 2008. Fort de notre expérience en optimisation de budget formation, nous avons lancé une ligne de courtage en formation”, explique Matthieu Collas, directeur associé de Berlan.

La création d’une telle activité résulte du constat que “les services en charge de la formation dans les entreprises sont soumis à des pressions économiques de plus en plus fortes. Ce manque de ressources s’est d’ailleurs aggravé avec la crise actuelle. Conséquence : les services concernés doivent passer beaucoup de temps à rechercher parmi la pléthore d’offres disponibles celles qui, non seulement conviennent aux besoins de leurs entreprises, mais également sont les moins chères. Notre objectif est donc de les aider à gagner du temps et à réduire leurs coûts”.

Ainsi, tel un courtier en immobilier ou en assurance, Berlan joue le rôle d’intermédiaire pour le compte d’entreprises à la recherche de formation. En effet, lorsqu’il reçoit des demandes de formation de la part d’une entreprise via son site Internet (ou suite à un démarchage), le courtier consulte les offres des 800 prestataires référencés dans sa base de données “selon eduQua, label suisse spécialement conçu pour les prestataires de formation continue”, afin de trouver et présenter les “meilleures offres correspondant aux critères établis”.

Grâce à notre historique, nous connaissons les prix, les modules que proposent ces organismes, la qualité de leurs prestations, etc. Alors, nous négocions une remise qui varie entre 5 % et 20 % du prix catalogue. L’objectif est d’obtenir pour l’entreprise mandataire des tarifs inférieurs à ceux du marché. Nous ne percevons aucune commission de courtage de sa part. Notre rémunération est effectuée par les prestataires, pour qui nous prenons en charge l’effort commercial et administratif”, précise Matthieu Collas, qui insiste sur la différence entre les courtiers et les discounteurs, qui, comme par exemple Discount formation, proposent sur leurs sites uniquement que des offres à prix réduit.

Des démarches auprès des Opca

Le courtier n’obtient pas pour l’entreprise que des actions de formation à des prix inférieurs à ceux du marché. Il s’occupe également des démarches auprès des Opca (facturation et financement). “En ce moment, nous sommes en discussion avec des Opca, voire des branches, qui souhaitent offrir nos services à leurs adhérents. Ce serait un plus qualitatif pour ces entreprises”, considère Matthieu Collas.

À la différence de son concurrent, Place de la formation qui s’intéresse également à la formation des demandeurs d’emploi, Berlan n’envisage pas proposer ses services aux particuliers et aux personnes en recherche d’emploi. “La décentralisation des activités de Pôle emploi ne nous permet pas pour l’instant une telle activité”, estime Matthieu Collas, qui propose également des services de “sourcing” et de financement. “Contrairement au courtage, dans le cadre du sourcing, nous analysons en détail une famille particulière ou l’intégralité du budget formation, de façon à rationaliser les achats et les critères de performance liés.” Pour ce qui concerne le financement, “nous analysons en détail les financements mis en place et lies au budget de formation. Nous procédons systématiquement à un audit. Cet audit met systématiquement en exergue les financements supplémentaires pouvant être obtenus. À l’issue de l’audit, nous procédons à la rédaction des demandes de financement et des dossiers”. Berlan effectue ensuite « un suivi régulier des demandes de financements obtenus auprès des différents organismes régionaux, nationaux et européens ».

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters