Faciliter les initiatives de formation locales : l’exemple de Jaguar Land-Rover

Par - Le 06 décembre 2010.

« Il y a encore quelques années, il n’y avait que quelques lancements de nouveaux modèles automobiles dans l’année. Aujourd’hui, avec le développement du marché, ce ne sont pas moins de vingt lancements de nouveaux véhicules qui ont lieu chaque année. Et, de fait, il est nécessaire de former à chaque fois les vendeurs sur chacun d’entre eux ». Lors du colloque « Globalisation et développement des compétences », organisé le 1er décembre 2010 par le Garf International, Steve Fiehl, directeur de l’innovation pédagogique au sein de l’organisme de formation CrossKnowledge, était venu détailler les initiatives, en matière d’apprentissage, prises par les entreprises, qu’il s’agisse de décliner localement des programmes top-down[ 1 ]Programme de « décision verticale descendante »: les décisions prises au niveau du siège sont applicables par la base., ou, au contraire de s’inspirer des formations locales pour les développer internationalement. Le cas des formations de Jaguar Land-Rover repose précisément sur ce dernier modèle.

« Jaguar Land-Rover, ce sont près de 60 000 vendeurs répartis dans 160 pays », a précisé le directeur de l’innovation pédagogique de CrossKnowledge, « la marque se positionnant sur une image de luxe, on peut imaginer sans peine que la manière dont ces commerciaux communiquent auprès d’un acheteur japonais, saoudien, français ou américains est bien différente en fonction des cultures locales et des différentes législations[ 2 ]En France, par exemple, la Loi et le Bureau de vérification de la publicité (BVP) interdisent de communiquer sur la notion de vitesse des véhicules. Dans d’autres pays, comme les Etats-Unis, c’est, en revanche, parfaitement possible.. Aussi, tenter de développer un programme commun à tous ces revendeurs, au mépris des habitudes locales, aurait été un échec. C’est pourquoi CrossKnowledge a chercher à créer un dispositif certes global, mais très facilement adaptable au niveau local ».

La solution conçue par l’organisme de formation a été baptisée « Motive » et respecte aussi bien les particularismes culturels que la rapidité avec laquelle les formations doivent être déclinées auprès des revendeurs. Plateforme de contenu, « Motive » permet ainsi aux revendeurs de partir d’un simple base technique concernant le modèle d’automobile présenté, de créer leur propre contenu pédagogique, en respectant la rapidité du marché : « En moyenne, il faut cinq jours pour créer un programme de formation à un modèle de voiture. Évidemment, dans ces conditions, l’ingénierie est réduite à la portion congrue. Parfois, même, le contenu doit être déployé en une seule journée : c’est le cas lorsque la marque choisit d’établir une communication « coup de poing » à propos d’un modèle ou d’un élément particulier ».

Outil-métier conçue au service des initiatives locales, « Motive » se veut idéal pour la formation des gens de terrain. « Dans ce cas très précis », a conclu Steve Fiehl, « la formation corporate sert essentiellement à faciliter et coordonner les initiatives locales ».

Notes   [ + ]

1. Programme de « décision verticale descendante »: les décisions prises au niveau du siège sont applicables par la base.
2. En France, par exemple, la Loi et le Bureau de vérification de la publicité (BVP) interdisent de communiquer sur la notion de vitesse des véhicules. Dans d’autres pays, comme les Etats-Unis, c’est, en revanche, parfaitement possible.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters