Accord seniors : France Télécom-Orange prêt pour le contrat de génération

Par - Le 24 janvier 2013.

Contrairement à l’Ani du 11 janvier sur la sécurisation des emplois, le nouvel accord seniors signé le 31 décembre dernier par France Télécom-Orange a, lui, reçu l’assentiment de la CGT et de FO. Saluant cet accord également paraphé par la CFDT et la CFE-CGC, la direction du groupe de télécommunications l’inscrit dans le cadre du développement du contrat de génération. Ceci, en lien direct avec le départ à la retraite d’un tiers de ses effectifs d’ici à 2020. S’agissant des 3 années à venir, qui correspondent au cadre du présent accord, France Télécom-Orange annonce ainsi le recrutement de 4 000 CDI sur 3 ans, notamment des jeunes, auquel s’ajoute un engagement d’accueil de 5000 alternants par an.

Sécurisation des parcours

Objet du 3ème chapitre de l’accord, la nécessité d’anticiper l’évolution des carrières professionnelles réaffirme le rôle des entretiens « Cap Carrière » pour les salariés de 45 ans et plus en fixant un objectif de 10 000 entretiens à réaliser sur la période de 3 ans. Au-delà de leur rôle d’information, ces entretiens prévoient notamment d’accorder « une attention particulière aux salariés de 45 et + qui n’ont pas progressé d’au moins un niveau de qualification au cours de leur carrière professionnelle ». À la clé, la possibilité pour le salarié de bénéficier d’un « suivi personnalisé sur un projet professionnel qui lui permettrait d’atteindre cet objectif d’évolution ». Lorsqu’un salarié choisit, sur la base du volontariat, d’accéder à un entretien « Cap Carrière », celui-ci se substitue à l’entretien professionnel de 2ème partie de carrière et au bilan d’étape professionnel. Autre levier de sécurisation des parcours professionnels, la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) est encouragée par la possibilité d’une dispense de 40 heures d’activité au bénéfice de la préparation du dossier VAE.

Renforcer ses compétences

Perçu comme une nécessité dans le cadre de l’allongement de la vie professionnelle, le développement des compétences et des qualifications est encouragé au chapitre 5 par le renforcement de l’accès à la formation des salariés de 45 ans et +. Premièrement et après validation du projet professionnel par l’entreprise, ceux-ci pourront bénéficier de cursus de formation pour actualiser leurs compétences voire, s’ils sont amenés à changer de métier, bénéficier d’une formation complète ou d’un parcours de professionnalisation. Deuxièmement et après analyse individuelle des besoins, au minimum cinq jours de formation en lien avec le projet professionnel et les besoins de l’entreprise leurs seront proposés tous les trois ans. Troisièmement et enfin, l’accès au DIF sera encouragé.

Valoriser ses compétences

Au titre de l’aménagement des fins de carrière et de la transition entre activité et retraite (chapitre 6), deux nouveaux dispositifs de temps partiels seniors sont déployés pour les salariés de 55 ans et +, avec une possibilité d’exercer en mécénat de compétences dans l’une des associations ou ONG partenaires de la Fondation Orange. Liée à la pyramide des âges de l’entreprise, la problématique du management des connaissances fait l’objet du chapitre 7. Celui-ci prévoit, d’une part, de mettre en œuvre un travail sur la transmission des savoirs et compétences et, d’autre part, de développer le tutorat en s’engageant à disposer de 2000 tuteurs ou maîtres d’apprentissage formés. En l’espèce, l’accord précise que les tuteurs doivent bénéficier d’une formation spécifique et pouvoir faire valider leur compétences par une certification délivré par un organisme externe reconnu sur le domaine du tutorat.

Accueillir des alternants seniors

À noter enfin que le nouvel accord « Seniors » ne concerne pas uniquement les salariés en poste puisque les entreprises du groupe s’engagent[ 1 ]Art. 2.2, chapitre 2. à favoriser la reconversion des seniors en proposant des contrats de professionnalisation à des demandeurs d’emploi âgés de 45 ans et plus. L’accord ne donne pas d’objectifs quantitatifs, mais assure qu’un suivi de mise en œuvre sera réalisé à partir du nombre de contrats de professionnalisation seniors conclus annuellement et du nombre de recrutements en CDI réalisés à l’issue de ces contrats.

Ainsi que le précise son préambule, l’accord seniors France Télécom -Orange est destiné à s’intégrer « dans sa globalité, aux éventuelles évolutions législatives près, dans les dispositions prévues dans le cadre de l’accord intergénérationnel qui doit être mis en place d’ici à septembre 2013 ». À noter que les négociations sur le contrat de génération devraient commencer à l’issue du vote définitif de la loi, prévu pour mars 2013. Elles permettront notamment d’inclure un chapitre « Jeunes » qui viendra en relais de l’accord en cours sur l’insertion des jeunes[ 2 ]Accord sur l’insertion des jeunes du 28 février 2011., lequel arrive à échéance en 2014.

Notes   [ + ]

1. Art. 2.2, chapitre 2.
2. Accord sur l’insertion des jeunes du 28 février 2011.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters