L’emploi territorial accueille peu de jeunes et encore moins d’apprentis

Par - Le 04 juin 2013.

En France comme en Europe, les jeunes ont toujours été les premières victimes de la dégradation de l’emploi. L’ampleur de la crise entraîne aujourd’hui un niveau record de chômage pour cette catégorie de la population : 22,7 % au second semestre 2012, voire 44,3 % pour les jeunes peu ou pas qualifiés[ 1 ]Enquête emploi de l’Insee, cité par l’Observatoire de la fonction publique territoriale. C’est en rappelant ces données que le CNFPT présente dans une synthèse[ 2 ]Les jeunes et l’apprentissage dans les collectivités territoriales et leurs établissements publics en 2010.- Synthèse n° 55, mai 2013, CNFPT, Direction de l’observation prospective de l’emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale – Observatoire de la fonction publique territoriale. la place -modeste- occupée par les jeunes au sein de la fonction publique territoriale. Peu de jeunes de moins de 25 ans et encore moins d’apprentis, tel est en effet le bilan qui s’affiche à la lecture des travaux de l’Observatoire de la fonction publique territoriale.

Établi à partir des sources statistiques de l’Insee et de la Dares, la synthèse livre le portrait d’un employeur loin d’être en première ligne en matière d’insertion des jeunes : avec 5 % de moins de 25 ans dans ses effectifs, la fonction publique territoriale accueille moins de jeunes qu’ils ne représentent au sein de la population active (10%) ou de la population en emploi (9%). Ces jeunes territoriaux sont avant tout employés par les communes et autres organismes communaux ou intercommunaux, très majoritairement sur des postes de catégorie C (83%). Près d’un agent territorial de moins de 25 ans sur deux est dans la filière technique ou animation.

L’apprentissage, contrat de travail vanté par les pouvoirs publics pour la lutte contre le chômage des jeunes, ne semble pas plus avoir fait l’objet d’une grande mobilisation de la part des collectivités territoriales et de leurs établissements : « si les apprentis sont plus de 400 000 au total, ils sont à peine plus de 8 000 dans la fonction publique territoriale », ce qui représente 0,4 % du nombre total de postes principaux[ 3 ]Selon l’Insee, le poste principal est le poste de l’agent le mieux rémunéré, lorsque l’agent occupe un deuxième poste moins rémunéré, il est considéré comme poste secondaire (source : OPT).. La signature de nouveaux contrats d’apprentissage a cependant connu une réelle progression entre 2003 et 2007, passant de 2473 à 4414. Après une légère baisse en 2008 (- 1,5%), les signatures ont fortement repris en 2009 (5813), pour redescendre à 5170 en 2010, dernière année observée par l’étude.

Commentaire de l’ex président de l’Union Nationale des Missions Locales, Michel Abhervé, sur son blog : « vu la faiblesse des effectifs, et leur stagnation, il sera difficile de dire que les emplois d’avenir font concurrence à l’apprentissage dans le secteur public. Mais, n’en doutons pas certains le diront ! »

Où travaillent les apprentis territoriaux?

Trois apprentis sur quatre travaillent dans des communes et organismes communaux, 9 % dans des conseils généraux et 2 % pour les conseils régionaux. Trois régions comptabilisent à elles-seules près de 40 % des apprentis : Île-de-France (18%), Rhône-Alpes (13%) et Nord-Pas-de-Calais (6%).

Notes   [ + ]

1. Enquête emploi de l’Insee, cité par l’Observatoire de la fonction publique territoriale
2. Les jeunes et l’apprentissage dans les collectivités territoriales et leurs établissements publics en 2010.- Synthèse n° 55, mai 2013, CNFPT, Direction de l’observation prospective de l’emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale – Observatoire de la fonction publique territoriale.
3. Selon l’Insee, le poste principal est le poste de l’agent le mieux rémunéré, lorsque l’agent occupe un deuxième poste moins rémunéré, il est considéré comme poste secondaire (source : OPT).

Centre Inffo vous conseille également