E-Doceo promeut le digital learning

Par - Le 13 janvier 2014.

Pour le cœur de cible du plus célèbre des réseaux sociaux, Facebook n’est pas loin d’avoir toujours existé. Le temps où le commun des mortels comptait sur ses doigts quand on l’interrogeait sur son nombre d’amis[ 1 ]Le faisait-on…? n’est pourtant pas si loin : dix ans. Eh oui, dix ans seulement que l’une des plus grosses capitalisations boursières de la planète est sortie d’Harvard ! Dix années au cours desquelles les usages des réseaux sociaux n’ont cessé d’évoluer, sous l’impulsion croisée des innovations proposées par les concepteurs et des utilisateurs eux-mêmes. Avec aujourd’hui pour résultat une intégration croissante du numérique qui rendrait passablement réducteur le cantonnement de la notion de réseau social au carnet d’adresses virtuel.

Du e-learning…

Le lien avec la formation ? Il est double : l’intégration, c’est aussi ce qui résume l’évolution de l’histoire de l’innovation en formation depuis l’irruption d’internet ; dix ans, c’est aussi tout juste un peu moins qu’e-Doceo, la société de logiciels et services dédiés à la formation mixte fondée en 2002 et depuis lors dirigée par Jérôme Bruet. Arrivé juste après l’éclatement de la bulle du e-learning, il appartient, comme il le fait lui-même remarquer, à cette génération post start-up davantage issue du monde de la pédagogie que de l’informatique. À ce titre, il participe, comme Michèle Guerrin à la tête d’Onlineformapro, à la reconnaissance de la place de l’ingénierie dans tout dispositif de formation. Aujourd’hui présent dans le monde entier, revendiquant plus de 5 millions d’utilisateurs, sa société promeut désormais le « digital learning », concept au service de la « mutation technologique des services formation » qu’il présente dans un livre blanc. Pionnier de l’industrialisation du numérique en formation, Jérôme Bruet détient le recul nécessaire pour proposer un découpage de la jeune histoire des technologies de l’information et de la communication en formation : le e-learning comme modalité de « substitution » au présentiel du milieu des années 90 à fin 2000, le e-learning comme modalité « différente » de 2002 à 2007, le e-learning comme « modalité d’apprentissage » à combiner avec d’autres au bénéfice de la mixité de 2008 à 2012. Soit thèse, antithèse, synthèse et épuisement du concept du e-learning.

… au digital learning

Et aujourd’hui ? « Plus qu’un énième concept marketing, le digital learning correspond à une réelle transition, celle du passage de la technologie comme modalité d’apprentissage à la technologie comme outils intégrés au service de la formation », avance Jérôme Bruet. Et de rassurer les pédagogues : le digital learning « replace définitivement[ 2 ]Ndlr : prudence ! la technologie au niveau des moyens et non de la stratégie pédagogique ».

Après un chapitre soulignant la lenteur du passage de la formation à l’heure digitale en comparaison d’autres secteurs (e-commerce, audiovisuel, presse…), le directeur général d’e-Doceo définit le digital learning comme le symbole d’ « une volonté d’exploiter le numérique de manière globale ». Indissociable d’une stratégie, la mise en place du digital learning n’est pas la « simple addition de ressources numériques » mais bien la « construction d’un ensemble cohérent ». Comment faire ? « Informatiser toute la chaîne de valeur ». Ce qui suppose : premièrement de s’intéresser à la « gestion des supports pédagogiques » ; deuxièmement, de « proposer […] un outil qui pourra créer une grande variété de types de ressources numériques » ; troisièmement, d’attacher une importance réelle à la dimension « collaborative » d’un dispositif de formation créé à l’aune du digital learning ; enfin, d’ « aussi informatiser le présentiel ». C.Q.F.D. : « Mettre en place une solution de digital learning revient à moins cloisonner les modalités, moins spécialiser les outils, moins disperser les technologies ».

Bénéfices attendus selon e-Doceo ? Pédagogiques à court terme, au bénéfice de la réactivité et de la place du service formation à moyen terme, économiques à long terme. Consacré à « l’informatisation du capital pédagogique », le dernier chapitre est l’occasion d’introduire les solutions proposées par e-Doceo.

  • Le livre blanc « Intégrer le digital learning – La mutation technologique des services formation » est disponible en téléchargement sur le site d’e-Doceo

Notes   [ + ]

1. Le faisait-on…?
2. Ndlr : prudence !

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters