Apprendre par la réciprocité, une locomotive à partager des compétences dans l’entreprise (UODC)

L’Université ouverte des compétences avait invité Claire Héber-Suffrin, co-fondatrice des réseaux d’échanges réciproques de savoirs, ce mardi 25 juin à Paris, afin d’analyser les vertus de l’apprentissage par la réciprocité. Il pourrait moderniser la politique de formation et renouveler la politique RH des entreprises…

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 27 juin 2019.

« Dans quelle mesure les entreprises ne pourraient-elles pas s’inspirer de l’apprentissage par la réciprocité ? » Telle était la problématique à laquelle Claire Héber-Suffrin, co-fondatrice des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs (RERS), était invitée à s’exprimer lors d’une nouvelle édition de l’Université ouverte des compétences (UODC) à Paris. Échanges de savoirs et savoir-faire Créées à Orly, dans la banlieue sud de Paris, en 1971, par Claire Héber-Suffrin, au sein de la classe où elle était institutrice, et son mari, ces RERS sont des réseaux de personnes dont les membres s’échangent savoirs et savoir-faire. Réunis au sein de l’Association Foresco (Formations…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform