Les CIBC délivreront le conseil en évolution professionnelle dans huit régions

Les centres interinstitutionnels de bilans de compétences (CIBC) ont remporté huit des dix-huit lots géographiques du service de conseil en évolution professionnelle délivré par les opérateurs régionaux sélectionnés par France compétences. Explications de Schany Taix, délégué général de la fédération nationale des CIBC (FNCIBC).

Par - Le 22 novembre 2019.

Auvergne-Rhône Alpes, Bourgogne-Franche Comté, Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Mayotte et Guadeloupe, tels sont les lots remportés par les centres interinstitutionnels de bilans de compétences (CIBC) au terme de l’appel d’offres organisé par France compétences. Dans ces huit régions et territoire d’outre-mer, les CIBC sont mandataires pour la délivrance du conseil en évolution professionnelle aux actifs du secteur privé à compter du 1er janvier 2020. « On retrouve la fédération nationale comme co-traitant dans chacun de ces lots, sauf en Guadeloupe où nous serons sous-traitant », précise Schany Taix, délégué général de la FNCIBC. Le rôle de la fédération ? « Délivrer des fonctions ressources et supports nécessaires au bon fonctionnement du marché et du service, de façon transversale à l’ensemble des Régions ». Un apport qui va notamment permettre le déploiement d’un système d’information mutualisé et la mise en place d’un centre de relations bénéficiaires. « La fédération va s’occuper de l’accueil à distance », résume Schany Taix : « nous allons porter un service dématérialisé d’accueil par téléphone, chat, mail et Internet, qui viendra en complément du service délivré par les structures régionales ». Il ne s’agira pas de rentrer dans le détail des situations mais de participer à l’aiguillage : informer la personne sur le CEP, sur ses droits, sur son opérateur et qualifier un premier niveau de besoin.

Partenariats

Le délégué général de la FNCIBC insiste, dans chaque région le CIBC mandataire travaille avec de nombreux partenaires, soit nationaux, soit régionaux et locaux. Parmi les principaux : le réseau Envergure, le réseau consulaire des chambres de commerce et d’industrie et des chambres de métiers et de l’artisanat, les chambres d’agriculture, le réseau Retravailler (lire notre article) et des acteurs locaux comme les Maisons de l’emploi et de la formation (MDEF) ou les Centres d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF). Si tous sont prêts pour démarrer le service au 1er janvier 2020, Schany Taix prévoit des recrutements pour atteindre à terme les 410 équivalents temps plein à partager entre l’ensemble des acteurs.

Formations

Revendiquant pour les CIBC un savoir-faire en matière d’accompagnement, de déploiement de dispositifs et de services, Schany Taix n’en assume pas moins la nouveauté du conseil en évolution professionnelle version 2020. D’où la programmation d’actions de formation au bénéfice des équipes dès le mois de décembre. Seront notamment abordés les nouveaux contours du CEP, l’appli CPF et l’accompagnement des démissionnaires, mais aussi des points techniques comme le système d’information ou la plateforme pédagogique. Pour l’acteur historique du bilan de compétences, ce sera aussi l’occasion d’évoquer les différences entre CEP et bilan. Sur toutes ces questions, le délégué général de la FNCIBC promet « un chemin de professionnalisation continue et un cycle d’accueil pour les nouveaux arrivants ».

Ce qui reste à faire

Schany Taix en est bien conscient, le succès du CEP repose en grande partie sur sa capacité à trouver son public. D’où un enjeu fort pour la fin 2019 et l’année 2020 : « la mise en place d’actions de communication et de mobilisation des partenaires. Ilva falloir aller chercher les bénéficiaires, leur faire connaître le service et leur donner envie d’y accéder », insiste-t-il. En matière de communication, Schany Taix souligne l’intérêt du cadre fixé par France compétences, « qui pousse à mettre en avant la marque CEP. C‘est important parce que cela va permettre à chacun des acteurs, qui ont pu se livrer bataille lors des appels d’offre, de collaborer pour trouver des synergies », conclut-il.

Centre Inffo vous conseille également