L’Opco des services à forte intensité de main-d’œuvre lance quatre chantiers opérationnels

Le conseil d’administration de l’opérateur de compétences des services à forte intensité de main d’œuvre du 2 mai a donné le coup d’envoi de la phase opérationnelle du nouvel organisme paritaire. Nommée directrice générale de préfiguration, Valérie Sort a dévoilé sa feuille de route lors d’une conférence de presse vendredi 3 mai.

Par - Le 06 mai 2019.

L’opérateur des services à forte intensité de main d’œuvre peut enfin se structurer autour de ses 32 branches. Sans nier la naissance difficile de ce nouvel organisme, son président, Hervé Bécam a annoncé la nomination de Valérie Sort, issue du Faf-TT (ancien Opca du travail temporaire), comme directrice générale de préfiguration. « Après une phase nécessaire de discussions avec toutes les parties prenantes, nous entrons dans le vif du sujet ». Au cœur de ces échanges, la question de la cohérence du champ d’intervention a été posée. Un préalable indispensable à la définition d’une stratégie et à la construction des différentes instances paritaires – sections paritaires professionnelles, comités de filière-  dont certaines adopteront une logique inter-branches. De cette articulation fine des priorités fixées par les branches dépend la réussite de l’opérateur.

Des enjeux communs

L’exercice est délicat mais un lien semble se dessiner dans des secteurs regroupant au total 3,5 millions de salariés. « La cohérence est compliquée mais elle est possible. Il ne s’agit pas de fusionner les anciens Opca mais bien de créer un nouvel opérateur autour d’enjeux d’emploi et de formation communs », déclare Jamil Aït-Idir. Le vice-président insiste sur la nécessité de valoriser et de renforcer les métiers représentés dans le nouvel opérateur, leur apporter de la valeur ajoutée grâce à la formation et à la qualification. Beaucoup d’entreprises adhérentes au nouvel opérateur partagent des questions stratégiques de recrutement et de gestion des ressources humaines. L’attractivité des métiers, la fidélisation et la sécurisation des parcours professionnels font souvent partie des priorités de leurs politiques de branche.

Des chantiers prioritaires

Pour l’heure, le conseil d’administration a confié à Valérie Sort quatre chantiers opérationnels. Le comité de préfiguration composé des représentants des ex Opca devra structurer une offre de services en ligne avec la stratégie; se mettre en conformité avec la réforme sur des sujets techniques comme le CPF ou encore la prochaine collecte ; organiser la dévolution et engager la réorganisation des équipes en interne et, enfin, faire évoluer le modèle économique de l’opérateur. « Au sein du comité, nous mutualisons nos compétences. Chacun apporte une brique. Certains ont beaucoup travaillé sur l’attractivité des métiers, d’autres sur les certifications professionnelles. Nous avons aussi la chance de disposer d’une très bonne implantation dans les territoires », explique Valérie Sort. La structuration de l’organisation de l’opérateur fait aussi partie des sujets stratégiques avec, au centre du  calendrier social, l’avenir de ses 1 100 salariés. « Il s’agit de procéder par étapes. Cartographier nos compétences, identifier nos besoins et accompagner chacun dans son évolution », précise Jamil Aït-Idir. À charge à l’opérateur de négocier ensuite sur la base d’un projet solide la future convention d’objectifs et de moyens signée avec l’État pour se doter des ressources nécessaires.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters