L’Unsa réclame un plus fort accompagnement de la réforme de la formation

Invité jeudi 21 mars par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis), le secrétaire général de l’Unsa, Luc Bérille a revendiqué une nouvelle méthode pour calculer la représentativité interprofessionnelle et a réaffirmé la nécessité de davantage accompagner les salariés et agents dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle

Par - Le 22 mars 2019.

Quelques jours avant le Congrès national de l’Unsa (Union Nationale des Syndicats Autonomes) qui se déroulera à Rennes du 2 au 4 avril prochain, son secrétaire général, Luc Bérille et Laurent Escure, secrétaire national en charge de l’action revendicative, étaient les invités de l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis), ce jeudi 21 mars au matin à Paris. D’emblée les deux syndicalistes ont revendiqué, à l’attention du gouvernement, que la représentativité interprofessionnelle nationale soit désormais calculée en intégrant également celle de la Fonction publique,  dans tous les cas où un mandat concernerait l’ensemble des travailleurs, qu’ils soient salariés ou agents publics.

4è force syndicale dans le public

« Aujourd’hui, nos homologues [ 1 ]CGT, CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC sont représentatifs au niveau national, car ils ont dépassé la barre des 8 % des votants, ce qui n’est pas notre cas (5,35 %). En revanche nous revendiquons d’être la quatrième force syndicale dans le secteur public. Nous siégeons dans de nombreuses branches, où nous avons obtenu plus de 8 % des suffrages aux élections professionnelles ». Selon les deux syndicalistes, cette revendication d’une nouvelle représentation intégrant l’ensemble des votants  – privé et public – permettrait, pour chaque cas où les questions concernent tous les travailleurs, de proposer une approche plus juste et légitime qu’aujourd’hui. Lors du prochain congrès, Laurent Escure sera – le seul –  candidat à la succession de Luc Bérille, à la tête du syndicat depuis 2011. Il sera par ailleurs le rapporteur de la motion qui devrait y être adoptée. Soucieux de cultiver son autonomie dans le champ syndical hexagonal, l’Unsa estime qu’un syndicat moderne doit être en mesure de conjuguer proximité et délivrance de services à ses adhérents. « Le modèle italien, est de ce point de vue, un modèle très intéressant que nous regardons de près » a plaidé Laurent Escure qui déplore que dans la crise des gilets jaunes, le mouvement social se soit construit en marge des organisations syndicales voire en « opposition frontale » vis-à-vis d’elles.

Accompagnement

S’agissant de la réforme de la formation professionnelle conduite par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, Luc Bérille a indiqué que s’il partage l’importance des enjeux de cette réforme, il souligne que le volet accompagnement  est «largement insuffisant ». Notamment pour les populations les plus éloignés de l’emploi et les moins familières avec la notion même  de formation, et cela malgré le conseil en évolution professionnelle instauré dont les missions ont été renforcées. « Il est très sympathique de posséder une application sur son smartphone permettant d’accéder à son compte personnel de formation, mais faut-il pour autant connaître son existence et savoir comment l’utiliser » a-t-il pointé en espérant que cette réforme ne devienne pas une « usine à gaz ».

Notes   [ + ]

1. CGT, CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC

Centre Inffo vous conseille également

Afnor