Pactes régionaux d’investissement dans les compétences : les marqueurs de la transformation sont perceptibles dès 2019 (Haut-commissariat aux compétences et à l’inclusion par l’emploi)

Un document élaboré par le haut-commissariat aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, qui devrait être prochainement publié sur le site du ministère du Travail, opère une « lecture transversale thématique » de dix pactes finalisés ou en voie de stabilisation, destinée à être régulièrement enrichie.

Par - Le 22 mars 2019.

En cohérence avec le premier axe des pactes régionaux d’investissement dans les compétences, « financer des parcours certifiants vers l’emploi durable », « les marqueurs de la transformation sont perceptibles dès 2019 », les régions œuvrant pour « l’intensification et la transformation des offres existantes, pour répondre aux besoins des secteurs en tension ». C’est ce qu’indique le document du haut-commissariat aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, qui devrait être prochainement publié sur le site du ministère du Travail. Sa« lecture transversale thématique » de dix pactes finalisés ou en voie de stabilisation » [ 1 ]Bourgogne Franche Comté ; Bretagne ; Centre-Val de Loire ; Corse, Grand Est ; Hauts-de-France ; Île-de-France ; Normandie, Nouvelle Aquitaine ; Occitanie ; Pays-de-la-Loire.,  sera régulièrement enrichie. Ces pactes, conclus avec l’État, doivent mobiliser plus de la moitié des crédits prévus dans le cadre du Pic (Plan d’investissement dans les compétences), doté de 13,8 milliards d’euros.

Secteurs en tension

S’appuyant sur des exemples concrets, le haut-commissariat montre que les pactes régionaux prévoient un recours à des solutions « agiles » et « innovantes » pour répondre aux besoins des secteurs qui ont des difficulté de recrutement, notamment des offres « cousues main » avec les entreprises de leur territoire. Par ailleurs, tous les pactes proposent l’ajout de modules additionnels « portant sur les soft skills (savoir-être professionnels) ou les hard skills (compétences métiers) [permettant] de faire évoluer dans un temps court les programmes de formation, par une logique d’ajouts progressifs et continus », et nombre d’entre eux « prévoient de favoriser des allers retours entre formation et emploi et de développer des parcours itératifs Formation / Retour à l’emploi / Retour en formation ».

Nouvelles approches

Le 2e axe des Pactes régionaux vise à « réunir les conditions d’un accès effectif à une formation conduisant à un emploi pour les publics non qualifiés ». Ainsi, les Régions « proposent la mise en œuvre de nouvelles approches permettant l’acquisition d’un premier niveau de compétence comme pré-requis pour s’engager dans un processus de construction de parcours de formation liée à un métier ». Proposer des parcours de formations aux savoirs fondamentaux, améliorer la continuité des différentes étapes pour éviter rupture et abandon, améliorer le repérage des publics fragilisés et intensifier l’accompagnement… telles sont, par exemples, les mesures inscrites dans les pactes. Le haut-commissariat note que nombre d’entre eux « ciblent le vecteur de la rémunération des stagiaires et des aides financières » pour rendre la formation plus attractive.

Enfin, l’analyse montre que les Régions s’engagent vers une modernisation des contenus et de la mise en œuvre de la formation et de l’accompagnement. Parmi les actions proposées : le recours à la formation en situation de travail, à la formation à distance, le développement d’e-portfolio pour valoriser ses compétences, le recours à la réalité virtuelle dans les formations…

Notes   [ + ]

1. Bourgogne Franche Comté ; Bretagne ; Centre-Val de Loire ; Corse, Grand Est ; Hauts-de-France ; Île-de-France ; Normandie, Nouvelle Aquitaine ; Occitanie ; Pays-de-la-Loire.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters