Un atelier pour expérimenter l’Action de formation en situation de travail

Le cabinet de conseil en transformation et innovation Julhiet Sterwen a proposé à ses entreprises clientes, mardi 24 septembre, de travailler en petits groupes sur les modalités pédagogiques portées par l’Action de formation en situation de travail (Afest) introduite par la loi Avenir professionnel.

Par - Le 26 septembre 2019.

« C’est en misant sur l’humain, et donc sur la formation, que l’on peut réussir une transformation. » Marc Sabatier, président de Julhiet Sterwen, a partagé cette conviction en ouverture de la matinée offerte par son cabinet à ses clients désireux de travailler ensemble à un projet d’action de formation en situation de travail (Afest)

Répartis en 4 groupes, de 7 à 8 personnes, chacun accompagné par un facilitateur, ils ont pu, durant 3 heures, voir comment mettre en pratique ce nouveau dispositif de formation prévu par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Objectif final : que chacun reparte avec les modalités pour mettre en place une Afest dans son entreprise.

Deux ateliers successifs

Il ne s’agissait pas d’une présentation réglementaire mais d’une approche pratique. Les participants ont travaillé dans 2 ateliers successifs. Le premier était centré sur les conditions de la réussite d’une Afest. Pour les identifier, chaque participant a raconté une histoire personnelle réussie de formation. Puis, aidé par les autres membres de son atelier, il a pu identifier ce qui a conditionné cette réussite. Ce premier tour de table terminé, l’ensemble des histoires ainsi collectées a permis à chaque groupe de résumer les garanties de succès d’une Afest dans un dessin.

Pour beaucoup, l’Afest idéale ainsi révélée devait partir d’un besoin, bénéficier du temps et de la disponibilité nécessaire de l’apprenant, s’appuyer sur des cas concrets, dans une atmosphère bienveillante et avec la reconnaissance du droit à l’erreur.

Une méthodologie rigoureuse

Le second atelier consistait à ébaucher un parcours de formation de type Afest, en partant d’un sujet concret dans l’une des entreprises représentées dans un groupe. Une question de formation de 400 collaborateurs à un nouveau logiciel informatique de gestion des sinistres, chez un assureur, par exemple.  Une façon de concrétiser la situation d’Afest idéale imaginée en début de matinée.

« L’Afest ne s’improvise pas, a souligné, à plusieurs reprises, Bénédicte Bigot, consultante chez Julhiet Sterwen, et ingénieur de formation. Il faut suivre une méthodologie rigoureuse, prévoir des temps réflexifs… » Elle a aussi souligné que l’Afest représente une « opportunité de former mieux et au plus près des besoins du terrain. »

À l’issue de l’atelier expérientiel, l’assistance a semblé convaincue de ses bienfaits. Ses atouts principaux : avoir mixé entreprises et fonctions, permis le partage de bonnes pratiques et, finalement, avoir, soi-même, expérimenté l’Afest !

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia