« Le CFA municipal de Belfort fait une bonne rentrée 2020 » (Frédéric Contreres, directeur)

Le directeur de ce centre de formation d’apprentis municipal de Belfort, un des très rares à être de gestion municipale, s’interroge néanmoins sur la soutenabilité financière de la réforme et la logique du coût-contrat sur le long terme. 

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 16 décembre 2020.

« La rentrée se passe bien, puisqu’on enregistre 532 contrats en cette fin 2020 contre 500 en moyenne », récapitule Frédéric Contreres, directeur du CFA municipal de Belfort, interprofessionnel (métiers de bouche, coiffure, mécanique auto…). L’aide de l’Etat de 8000 euros par jeune, qui rend quasi gratuit le recours à un apprenti, joue évidemment un rôle majeur dans cette bonne rentrée, ajoute-t-il. « Environ 10 % d’entreprises nouvelles sont ainsi venues à l’apprentissage, sur les 400 qui travaillent avec nous. » Le CFA intervient surtout sur des premiers niveaux de qualification, pour un public très local (80 % des effectifs habitent dans un rayon de 35…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur