Le FNE-formation se recentre sur les enjeux de la reprise (Webinaire Centre Inffo)

Plus ouvert mais aussi plus exigeant en matière d’ingénierie de parcours de formation, le FNE-formation nouvelle version devient le bras armé du plan de relance en matière de développement des compétences. Précisions sur ses objectifs et ses règles de fonctionnement avec Stéphane Rémy de la DGEFP, lors d’un webinaire organisé par Centre Inffo le 18 février dernier.

Par - Le 22 février 2021.

Le ministère du Travail vient de diffuser sur son site Internet les « Questions- réponses » de la nouvelle version de FNE-formation. Ses nouvelles modalités de mise en œuvre traduisent la volonté d’inscrire le dispositif dans le plan de relance. Avec un signal fort à l’attention des entreprises. « Nous avons élargi l’accès au FNE-formation aux entreprises qui éprouvent des difficultés liées à la crise et qui ont besoin d’être soutenues dans leur politique de développement des compétences », confirme Stéphane Rémy, sous-directeur des politiques de formation et du contrôle à la DGEFP [ 1 ]Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle lors du webinaire organisé par Centre Inffo le 18 février dernier.

Harmonisation et simplification

Autres enjeux portés par cet acte 2, l’harmonisation des pratiques des opérateurs de compétences chargés de l’instruction des dossiers et de la simplification des démarches. Dans un document unique, l’entreprise atteste ainsi sur l’honneur remplir les conditions d’éligibilité et s’engage sur un projet stratégique de rebond de son activité ou de transformation. « Nous sommes sur un principe de co-responsabilité », insiste Stéphane Rémy. Les conventions nationales négociées par chaque Opco avec l’État reprennent ces doctrines et tiennent compte des spécificités de leur filière, à l’instar de celles déjà signées avec l’Opco2i et l’Afdas. Selon la DGEFP, les neuf autres opérateurs devraient finaliser leurs conventions au courant du mois de mars. Charge à eux de mener l’instruction des dossiers et d’accompagner les entreprises. Une attention particulière sera portée à l’offre de formation.

Priorité aux parcours structurés

En rupture avec la première version du FNE-formation déployée en urgence en avril dernier, il ne s’agit plus désormais de soutenir des actions d’adaptation au poste de travail généralement courtes et très opérationnelles. L’instruction du ministère du Travail impose ainsi une logique de parcours structurés autour de séquences de positionnement pédagogique ou encore d’évaluation. Cet acte 2 se projette dans l’avenir et prépare la reprise. En conséquence, les formations doivent désormais répondre à des impératifs d’employabilité et de développement des compétences des salariés en lien avec le projet de l’entreprise. Cette nouvelle exigence peut rendre plus fine la frontière avec d’autres dispositifs.

Des thématiques en ligne avec le plan de relance

Un des quatre parcours éligibles au FNE-formation (lire ci-dessous) cible ainsi les reconversions professionnelles. « Si la mobilisation de la Pro-A ou des « Transitions collectives » est possible, elle devra être privilégiée », précise Stéphane Rémy. L’instruction liste également des « parcours certifiants ». Si le Répertoire spécifique (RS) n’y est pas mentionné, il n’est pas pour autant exclu. Là aussi, une certaine liberté d’appréciation est laissée dans l’instruction à la condition d’en respecter l’esprit. Pour être éligibles, les parcours proposés doivent accompagner des stratégies d’adaptation à la crise née de la Covid-19 ou des grandes mutations numériques et écologiques. La DGEFP mise sur la responsabilité de chacun des acteurs mais restera vigilante. « Nous évaluerons l’efficacité de ces parcours et nous régulerons si nécessaire », confirme Stéphane Rémy.

 

Les quatre types de parcours éligibles au FNE-formation

  • Le parcours « reconversion », permettant à un salarié de changer de métier, d’entreprise ou de secteur d’activité ;
  • Le parcours « certifiant » donnant accès à un diplôme, un titre professionnel, un certificat de qualification professionnelle, des compétences socles (CléA) ;
  • Le parcours « compétences spécifiques contexte Covid-19 » permettant d’accompagner les évolutions qui s’imposent à l’entreprise pour sa pérennité et son développement ;
  • Le parcours « anticipation des mutations » portant sur des thématiques stratégiques pour le secteur.

 


Pour en savoir plus sur le FNE-formation :

Le « questions-réponses » diffusé par le ministère du Travail

L’instruction du 27 janvier

Le décryptage de Fouzi Fethi, responsable du pôle droit et politique de formation de Centre Inffo

Le replay du webinaire organisé le 18 février par Centre Inffo

Cet article est-il utile ?

Notes   [ + ]

1. Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle

Centre Inffo vous conseille également

I-Cert