Les soft skills, une solution miracle ?

Vous vous posez encore des questions sur les soft skills ? L’APapp, association de promotion du label des Ateliers de pédagogie personnalisée, a profité du 6e Forum mondial pour les apprentissages tout au long de la vie qui s’est tenu à Bruxelles, le 1er et le 2 juillet 2021, pour présenter sa certification « apprenant agile ».

Par - Le 13 juillet 2021.

« Avec le sujet des soft skills, on est au cœur de l’ADN du réseau des APP[ 1 ]Ateliers de pédagogie personnalisée. », introduit Laurence Martin, directrice de l’association de promotion du label des Ateliers de pédagogie personnalisée (APapp). Qu’elles soient définies comme « douces », « comportementales » ou « transversales », ces compétences aujourd’hui sur le devant de la scène des RH restent pourtant encore « difficiles à circonscrire ». Si elles intéressent les APP, c’est qu’elles permettent enfin de nommer – et donc, de rendre visible – l’un des principaux bénéfices de l’autoformation accompagnée pratiquée par le réseau depuis trente-six ans. Pourquoi apparaissent-elles désormais si importantes à la vie personnelle et professionnelle ? « Tout simplement parce qu’elles renforcent le pouvoir d’agir des individus, leur capacité à s’adapter et à avoir des choix citoyens éclairés », répond Laurence Martin. Et dans un monde « où les compétences professionnelles sont extrêmement volatiles », elles apparaissent d’autant plus essentielles qu’elles « trouveront toujours à se déployer, quelles que soient les circonstances ».

Recherche-action

Pour Isabelle Salvi, chef de projet R&D en pédagogie à l’APapp, le modèle APP constitue un véritable incubateur de soft skills en proposant une « formation de soi, par soi et avec les autres dans un écosystème d’apprentissage ». Pour les apprenants engagés dans une remise à niveau disciplinaire, c’est l’occasion de vivre un « processus de transformation des personnes ». Ainsi, un stagiaire APP développera « automatiquement un lot de compétences qui portent sur des changements significatifs de comportements et d’aptitudes ». On y trouvera pêle-mêle une amélioration des capacités d’organisation, de communication et de sens critique, pour in fine développer l’estime de soi, le goût d’apprendre, d’entreprendre et de prendre des initiatives. Problème : « Ces manifestations de la réussite restaient invisibles du grand public faute de preuves. » D’où le lancement, en 2015, d’une recherche-action destinée à comprendre les mécanismes à l’œuvre dans un parcours de formation APP. Le résultat ? Le développement du dispositif « apprenant agile » et l’inscription au Répertoire spécifique de France compétences de la certification éponyme.

Reconnaissance par les open badges

Visant à favoriser la traduction des expériences en compétences, le dispositif propose une entrée par les situations associée à une démarche réflexive. Combinant des temps individuels et collectifs, le process permet d’apprendre à renforcer ses capacités d’observation, de questionnement et d’écoute, pour prendre conscience de ce qui est à l’œuvre et en jeu dans une situation vécue. La mise en visibilité repose sur un processus d’évaluation innovant qui convoque les open badges numériques.

APP, compétences transversales et badges numériques

Deux badges valorisent les compétences des équipes APP (« valorisateur de compétences » et « valorisateur de projets »), cinq badges délivrés progressivement tout au long du parcours permettent de valider la progression de l’apprenant en vue de l’obtention finale d’un sixième badge constitutif de la certification « apprenant agile ». Isabelle Salvi le souligne, la démarche « apprenant agile » suppose un changement de posture du formateur, qui devient un « compagnon de parcours. » Son défi ? « Proposer, inventer et articuler une combinatoire de modalités pédagogiques variées et adaptées aux apprenants. »

Investissement formation

Comme toute innovation, l’enseignement des soft skills a tendance à sortir des cadres institués. Ce n’est pas seulement le cadre pédagogique qui évolue mais le rapport à l’accompagnement, qui se trouve bousculé dans ses temporalités comme dans ses finalités. Pointant les limites de l’injonction à l’employabilité immédiate, Laurence Martin appelle à resituer les soft skills dans les histoires de vie et  à prendre en compte le facteur temps. Pour réussir, des accompagnements inscrits dans la durée sont à prévoir qui, souligne la directrice de l’APapp, ne sont « finalement pas une perte de temps mais bien un investissement qui va sécuriser et consolider les fondamentaux des personnes ».

 


 

Le 6e Forum mondial est organisé par le Comité mondial pour les apprentissages tout au long de la vie (CMAtlv), partenaire officiel de l’Unesco. Il bénéficie du double patronage de l’Unesco et du vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, avec la collaboration de l’Institut de l’Unesco pour l’apprentissage tout au long de la vie, du Conseil de l’Europe, du Conseil international pour l’éducation des adultes, de la Lifelong Learning Platform, de la Fédération européenne des écoles, de CoProgress Management Corporation (Chine), de la Chambre de commerce latino-américaine, de l’université d’État de Saint-Pétersbourg, du Centre pour la recherche et le développement de l’apprentissage des adultes tout au long de la vie (CR&DALL, université de Glasgow), et de Centre Inffo.  https://www.cmatlv.org/

Notes   [ + ]

1. Ateliers de pédagogie personnalisée.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur