Pédagogies actives : l’apprenant au cœur des préoccupations

Pour son troisième « Rendez-vous du Pacte » de l’année — en référence au Pacte régional d’investissement dans les compétences — le Gref Bretagne s’est intéressé au concept des pédagogies actives. Une approche qui induit un changement de posture de la part du formateur.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 20 juillet 2021.

« La pédagogie active [en formation] contribue à répondre à des enjeux forts tels que mettre l’apprenant au centre de l‘action, faciliter l’engagement tout au long de la formation et rendre la personne actrice de son parcours. Elle apparait incontournable », définit Sylvie Rochard, du Gref Bretagne, en introduction du webinaire « Pédagogies actives : on passe à l’acte ? » organisé le 6 juillet. Relèverait donc de la pédagogie active tout ce qui n’est pas magistral, ou « magistro-centré », dixit Christelle Lison, professeure agrégée à l’université de Sherbrooke (Québec), spécialiste de l’innovation pédagogique et de la pédagogique de l’enseignement supérieur. Changement de posture La posture du…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur