Un amorçage dynamique sur le nouveau CPF pour Studi

A peine 15 jours après le lancement de l’appli  » Mon compte formation », 250 stagiaires de Studi ont déjà commencé leur formation achetée en ligne et 800 demandes d’inscription ont été enregistrées. Son dirigeant Pierre Charvet milite pour un assouplissement des modalités de paiement du reste à charge.

Par - Le 09 décembre 2019.

Les prestataires de formation prennent leurs marques sur le nouveau marché ouvert par l’appli « Mon compte formation » le 21 novembre dernier. Chacun peaufine sa stratégie et tire les premiers enseignements de ce lancement hors norme.

Studi a d’ores et déjà étoffé son offre. Avec plus de 120 parcours certifiants du CAP à bac + 5, le spécialiste des cours en ligne fait partie des gros acteurs de l’appli. « C’est un coup de projecteur sur la formation et une accélération de notre activité sur le CPF », avançait son dirigeant Pierre Charvet, quelques jours après l’ouverture du CPF au grand public.

Demandes de précisions

Deux semaines plus tard, les chiffres semblent lui donner raison. Plus de 800 demandes d’inscription ont été enregistrées via l’appli auxquelles s’ajoutent plusieurs centaines de demandes d’information générées par le site de l’organisme de formation. Mais, pour les usagers, la formation n’est pas tout à fait un bien de consommation comme un autre. Ils sont, en effet, très nombreux à appeler Studi pour avoir des explications ou des précisions. « Nous sommes là pour les orienter, répondre à leurs interrogations sur les parcours ou sur le financement et organiser le planning », précise Pierre Charvet. C’est le travail des 85 conseillers de Studi.

Créée il y a 20 ans, l’école de cours en ligne connaît bien le marché grand public sur lequel elle réalise 75 % de son chiffre d’affaires et dispose d’un service de relation client. Son marketing est adapté au modèle digital. L’offre est enrichie d’options gratuites ou payantes.

Échelonnement du paiement

Après ce premier temps d’amorçage, la question du reste à charge commence à se poser. Même si les tarifs pratiqués par Studi restent compétitifs – entre 2 000 et 3 000 euros pour les formations longues – un effort financier du titulaire est parfois nécessaire. « Nous avons l’habitude de gérer des financements individuels. La possibilité d’échelonner le paiement sur la durée de la formation pourrait débloquer certains dossiers », explique Pierre Charvet qui espère, via l’appli, pouvoir proposer de véritables solutions d’évolution et de reconversion professionnelles.

Autre enjeu porté par la nouvelle plateforme du CPF, favoriser l’accès à la formation aux moins qualifiés. Sur ce point, les premiers retours d’expérience montrent qu’il y a encore du chemin à faire. « La plupart des demandes d’inscription concernent des formations de niveau bac + 2 / + 3. Les parcours de nos CAP ne décollent pas pour le moment », précise Pierre Charvet.

L’appli CPF va continuer à évoluer dans ses fonctionnalités et les abondements devraient lui donner un second souffle. Studi réalise un chiffre d’affaires d’environ 25 millions d’euros et a rejoint le groupe Galileo en septembre 2018.

Centre Inffo vous conseille également