“Ambassadeurs des métiers”, un dispositif des entreprises pour l’insertion

Par - Le 15 mai 2010.

Proposé par le Crépi Ile-de-France depuis septembre 2009, le dispositif “Ambassadeurs des métiers ” permet à des personnes en recherche d’emploi de découvrir des métiers en tension, peu connus ou très particuliers. L’objectif ? Leur permettre de préciser leur projet. Comment ? Par l’organisation de rencontres avec des professionnels des entreprises adhérentes.

“Nous recevons des groupes de cinq à six personnes dans des lieux relativement proches de l’entreprise proposant le métier à découvrir”, explique Patricia Thoral, directrice du Crépi Ile-de-France, “c’est l’occasion de mieux connaître leurs objectifs et de les briefer sur ce qui les attend. Nous nous déplaçons ensuite tous ensemble pour la visite d’entreprise. Suit un debriefing où nous cherchons à savoir si les personnes sont intéressées ou non pour aller plus loin dans la voie qui leur a été présentée. Le tout en une demi-journée.” D’où vient l’idée ? Il faut remonter à l’époque où existait un Crépi départemental en Seine-Saint-Denis. Trois personnes avaient alors imaginé d’organiser des rencontres entre demandeurs d’emplois et entreprises pour favoriser une meilleure insertion. Par la découverte de la réalité des contextes professionnels, l’acquisition d’un début de vocabulaire métier et, surtout, l’échange avec des professionnels, les personnes en recherche d’emploi ou en réflexion sont ainsi mieux outillées pour progresser dans leur parcours. Comment s’effectue le suivi ? “Si les questionnements touchent très directement à nos contacts, on peut continuer la mise en relation”, répond la directrice du Crépi. “Mais nous n’avons pas vocation à assurer nous même l’accompagnement individualisé dans la durée. Ce sont les référents des structures de l’insertion et de l’emploi avec qui nous travaillons (voir encadré) qui prennent le relais. Nous outillons toutefois le public en remettant un “passeport Ambassadeurs des métiers à l’issue de la session, c’est-à-dire un document qui reprend les éléments clés de la visite, informe sur les formations et les emplois et propose une grille à remplir. Cela leur permet de travailler sur leur projet professionnel, seuls ou avec leur référent s’ils ne sont pas suffisamment autonomes.”

[(Le Crépi, un club d’entreprises pour l’insertion

“C’est en partant de ceux qui sont au plus bas, que s’engage une partie capitale pour l’avenir du monde”. C’est cette citation du chercheur en sciences de l’éducation Gaston Pineau que le site de la fédération des Crépi choisit pour inscrire son action dans une perspective sociétale. Et de préciser : “Certes les CREPI n’ont ni les moyens, ni les compétences pour accueillir les personnes trop éloignées de l’emploi – il existe pour cela d’autres structures – mais les CREPI, par les partenariats noués avec des entreprises d’insertions, doivent pouvoir contribuer, en bout de relais, à l’insertion de ces personnes.” Au nombre de quinze aujourd’hui, les clubs régionaux d’entreprises pour l’insertion sont nés en 1997. “À l’origine du projet”, explique Patricia Thoral, directrice du Crépi Ile-de-France, “une entreprise du bâtiment qui souhaitait se rapprochait des acteurs de l’insertion, de l’emploi et de la formation, pour répondre plus facilement aux obligations d’emploi des publics en difficulté”. Regroupant aujourd’hui des entreprises de tous secteurs d’activité, le Crépi multiplie les initiatives en faveur de l’insertion et de l’emploi durable, en collaboration avec des partenaires institutionnels (Pôle Emploi, Plie, Missions locales, etc.) et des acteurs de l’insertion par l’activité économique (chantiers d’insertion, entreprises de travail temporaire d’insertion, groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification, comité national de liaison des régies de quartier, etc.). Parmi les actions du Crépi, le parrainage par des responsables et cadres d’entreprises, la formation de tuteurs en entreprises, l’ingénierie de formations qualifiantes, souvent en alternance, la découverte des métiers (Rallye pour l’emploi, Ambassadeurs des métiers), le conseil et l’aide aux entreprises (recrutement, accompagnement des clauses d’insertion des marchés publics,…), l’accompagnement des personnes vers l’emploi, l’information et la sensibilisation du monde économique aux problématiques de l’insertion professionnelle (petits-déjeuners, lettres mensuelles, sites internet, forums pour l’emploi, etc.).)]

À l’actif des sessions déjà organisées, la découverte des métiers de serveur en restaurant, d’agent de sécurité, de conducteur de bus RATP, de coffreur-bancheur, de tailleur-graveur sur cristal et de tailleur de pierre. Prochaine session le 20 mai autour du métier de coffreur en génie civil.

Courriel: crepi.idf [at] gmail.com (remplacez les indications entre crochet)

[*Questions à Patricia Thoral, directrice du Crépi Ile-de-France*]

À quels publics vous adressez-vous ?

Nous accueillons tous les publics, à partir de 16 ans, en recherche de solutions professionnelles ou se posant des questions sur son orientation professionnelle.

Comment repérez-vous les métiers en tension ?

Nous nous appuyons à la fois sur les données de Pôle Emploi et sur nos contacts au sein des entreprises. Mais l’idée est de ne pas se cantonner aux secteurs qui acceptent traditionnellement les bas niveaux de qualification, nous voulons les aider à sortir des créneaux habituels qui leur sont proposés et susciter leur motivation à aller vers des métiers auxquels ils n’auraient pas pensé parce qu’ils sont mal ou peu connus, qu’ils soient dans le bâtiment ou ailleurs. Sur Paris, c’est par exemple le cas de certains métiers d’artisanat d’art, avec parfois une reprise d’activité à la clé.

Quels sont les résultats du dispositif Ambassadeurs des métiers ?

Il est trop tôt pour le dire car nous sommes en phase d’expérimentation. De plus, nous sommes plutôt dans une logique d’orientation professionnelle, donc d’un processus long qui ne permet pas de mesurer immédiatement les résultats. Cela dit, si l’on prend l’exemple des trois sessions de découverte du métier de tailleur de pierre qui ont déjà eu lieu, on constate que les deux personnes qui ont manifesté leur intérêt sur les dix-huit qui sont venues vont être embauchées. Un travail d’enquête avec les référents des structures de l’insertion est par ailleurs prévu.

Centre Inffo vous conseille également