Valoriser les compétences transférables et transversales pour favoriser l’emploi (Réseau Emploi Compétences)

Par - Le 18 avril 2017.

Fruit du groupe de travail n° 2 du Réseau Emploi Compétences (voir encadré), le rapport publié jeudi 13 avril par France Stratégie s’intéresse au repérage, à la reconnaissance et à la valorisation des compétences transférables et transversales.

De l’individu au conseiller en insertion professionnelle en passant par le recruteur en entreprise ou le formateur, comment les acteurs repèrent-ils et formalisent-ils les compétences transférables et transversales pour mieux sécuriser les parcours individuels ? Comment les valorisent-ils ? Quels sont les outils que l’on peut mobiliser pour y parvenir ? Avant de répondre, le rapport propose de prendre le temps de la définition afin de pouvoir proposer aux acteurs un langage commun.

Selon la Commission nationale de la certification professionnelle, « une compétence se traduit par une capacité à combiner un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir-être en vue de réaliser une tâche ou une activité. Elle a toujours une finalité professionnelle. Le résultat de sa mise en œuvre est évaluable dans un contexte donné […] ». Les compétences transférables ? La notion, selon le Centre d’analyse stratégique, renvoie aux « compétences spécifiques attachées à une situation professionnelle donnée (métier, secteur ou organisation productive), mais qui peuvent être mises en œuvre dans un autre contexte professionnel ». Les compétences transversales ? Ce sont les « compétences génériques mobilisables dans diverses situations professionnelles », telles que les savoirs de base, les aptitudes comportementales, organisationnelles ou cognitives et les savoirs généraux communs à certains métiers ou situations professionnelles.

Au-delà de ces définitions, le rapport invite fortement à s’intéresser aux référentiels de compétences. Tant au niveau de la transférabilité (ROME [ 1 ]Répertoire opérationnel des métiers et des emplois. de Pôle emploi et référentiels de branche) que de la transversalité (cadre de référence européen, socle commun et, plus récemment, CléA), ces derniers ont en effet l’avantage de donner une dimension opérationnelle aux concepts. À condition toutefois, souligne le REC, de renforcer le « dialogue » entre ces différents outils.

Vers une réforme de la formation et des process de recrutement

Pour les mobiliser, de nombreux « leviers de prise en compte » existent, à l’initiative des entreprises et d’acteurs de tout niveaux : local (Maison de l’emploi), régional (Carif-Oref), sectoriel (branches professionnelles) ou intersectoriel/interprofessionnel (Copanef, Pôle emploi ou cabinets privés). Exemples à l’appui, le rapport montre la complémentarité de ces outils, par ailleurs « amplifiés » par la loi du 5 mars 2014 et la création du compte personnel de formation (CPF) et du conseil en évolution professionnelle (CEP). Le potentiel du numérique est souligné, tout comme le rôle positif des « mises en situations de travail ».

Salué, l’apport des certificats de qualification professionnelle interbranches (CQPI) pourrait, 10 ans après leur création, faire l’objet d’un bilan pour en mesurer les effets « sur la sécurisation des trajectoires professionnelles, les mobilités choisies et sur l’ouverture des entreprises à de nouveaux profils, objectifs initiaux de ce dispositif ». Fortement liée à la question des mobilités professionnelles, l’étude des compétences transférables et transversales ne pouvait, enfin, passer sous silence la notion de « blocs de compétences », introduite par la loi du 5 mars 2014. Les rapporteurs insistent sur le « changement de paradigme » qui en découle, obligeant « désormais à penser ingénierie de parcours plutôt qu’ingénierie de formation ».

Qu’est-ce que le Réseau Emploi Compétences (REC)?

Créée en 2015 à la suite de la Grande Conférence Sociale de juin 2013 et animé par France Stratégie, le Réseau Emplois Compétences est un réseau d’observation et de prospective des emplois et des compétences réunissant des représentants de l’État, des partenaires sociaux, des régions, des observatoires de branches, des organismes producteurs de travaux d’observation et de prospective. Espace d’échange et de dialogue, le REC vise la production d’une expertise collective sur les besoins en compétences de demain et la diffusion de ces travaux auprès des instances représentatives et des acteurs du développement économique, de l’emploi, de la formation professionnelle, de l’orientation.

  • Compétences transférables et transversales – Quels outils de repérage, de reconnaissance et de valorisation pour les individus et les entreprises ?, rapport du groupe du groupe de travail n° 2 du réseau Emplois compétences, France Stratégie, 99 p., avril 2017 : PDF – 1,79 Mo

Notes   [ + ]

1. Répertoire opérationnel des métiers et des emplois.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters