Hors-série – “50 ans d’engagement pour la formation professionnelle… et demain ?”

Présenté à l’occasion d’un colloque sur le cinquantième anniversaire d’une loi fondatrice, les 30 novembre et 1er décembre 2021, ce hors-série exceptionnel à notre magazine Inffo formation présente un panorama documenté et pluriel de notre écosystème. 

Par - Le 26 novembre 2021.

Voici maintenant plus de cinq décennies, la loi du 16 juillet 1971 “portant organisation de la formation professionnelle continue dans le cadre de l’éducation permanente” – à laquelle il faut ajouter trois autres lois complémentaires promulguées concomitamment – posait la première pierre de l’édifice. Rapidement, dès les années 70, au fil les accords nationaux interprofessionnels et des lois, la réglementation est retouchée. Notamment : 1993, 2004, 2009, 2014 et enfin la loi “Avenir professionnel” du 5 septembre 2018… D’une réforme l’autre, cinq législations majeures ont complété le socle de 1971. Celle de 2018 se distingue des précédentes dans la mesure où elle se veut véritablement refondatrice.

Que doit-on à une législation inspirée par Jacques Delors, conseiller social du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas ? Où en est-on aujourd’hui ? Vers quoi aller demain ?

Nous avons posé ces trois questions à 27 experts du champ de la formation professionnelle. Publiées dans Le Quotidien de la formation du 20 avril au 5 octobre 2021, leurs contributions décryptent les arcanes d’un système en perpétuelle évolution.

Consultez ce hors-série S’abonner ou se réabonner à Inffo formation Boutique Centre Inffo et achats au numéro

Sommaire

p. 6 Jean-Philippe Cépède – Lois de 1971 : retour sur 50 ans de réglementation de la formation professionnelle

p. 10 Carine Seiler – “Concilier l’anticipation stratégique et des outils réactifs, individuels ou collectifs”

p. 12 Marie Dupuis-Courtes (CPME) – “La formation professionnelle continue doit réinvestir le champ des entreprises”

p. 14 Yvan Ricordeau (CFDT) – “Pour une reprise en profondeur du sujet de l’accompagnement”

p. 16 Jean-François Foucard (CFE-CGC) – “Il faut que les entreprises s’approprient le plan de développement des compétences”

p. 18 Maxime Dumont (CFTC) – “Après le choc de l’étatisation, les partenaires sociaux ont réagi”

p. 20 Angeline Barth (CGT) – “Depuis quinze ans, le système dérive vers la libéralisation et sape les piliers de la loi de 1971”

p. 22 Michel Beaugas (Force ouvrière) – “Aller vers la fin du paritarisme, est-ce vraiment un bon moyen de développer la formation ?”

p. 24 Vanessa Jereb (Unsa) – “Le concept de promotion sociale, de seconde chance, doit être revigoré”

p. 26 Antoine Foucher – L’appropriation du CPF par les employés et les ouvriers, “un progrès démocratique”

p. 28 Alain Druelles – “Une clarification de certains financements et dispositifs s’impose”

p. 30 Pierre Courbebaisse – “Il faut rendre les acteurs autonomes et responsables”

p. 32 Michel Clézio – “Les opérateurs de compétences continuent d’être les outils de proximité et de conseil aux entreprises”

p. 34 Philippe Dole – Avec le CPF et le CEP, le système de la formation est “passé d’une gestion collective à un usage plus personnel”

p. 36 Jean-Patrick Gille – “Ce qui ressort de ces cinquante années, c’est que l’intervention de la puissance publique est nécessaire”

p. 38 Bertrand Martinot – “La loi Delors ? Une loi d’une grande prescience et d’une grande modernité”

p. 40 Bernard Dréano – “Au cours de ce demi-siècle, les pratiques concrètes en matière de formation professionnelle continue ont été peu évaluées”

p. 42 Jean-Marie Luttringer – “Comment rendre crédible la perspective d’un droit universel effectif”

p. 44 Philippe Carré – “La France a su maintenir une forme d’équilibre entre besoins individuels et besoins des organisations”

p. 46 Alain Meignant – “Le couple obligation fiscale – paritarisme a marqué l’image de la formation”

p. 48 Bernard Masingue – “Il faut construire un CEP plus puissant et plus accessible”

p. 50 Anne de Blignières-Légeraud – “Simplification, clarification, coordination ? Bien du chemin à parcourir encore”

p. 52 Olivier Las Vergnas – “Finalement, la promotion sociale n’est plus la priorité”

p. 54 Pascal Caillaud – “Revenir aux fondements de la loi Delors, sur l’accès de tous aux différents niveaux de la culture et de la qualification”

p. 56 Pierre Ferracci – “Sur les questions de formation, il faut accroître la légitimité des partenaires sociaux dans l’entreprise”

p. 58 Cyril Parlant – “Pour la création d’un crédit d’impôt développement des compétences”

p. 60 Yves Palazzeschi – “Regarder vers demain et les nouveaux défis”

Centre Inffo vous conseille également