La branche transports et logistique recrute davantage en alternance

Les effectifs de personnes recrutées en alternance dans les transports et la logistique ont nettement progressés en 2018, selon le dernier observatoire prospectif de la branche professionnelle. Le recours à ce mode de formation devrait encore s’intensifier à l’avenir.

Par - Le 09 janvier 2020.

Les indicateurs sont au vert en termes d’emploi dans le secteur des transports et de la logistique. En 2018, 24 600 emplois ont été créés dans la branche professionnelle. En un an, les effectifs ont progressé de 3,5 % pour atteindre 727 150 salariés, selon la dernière édition de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL) présentée mardi 7 janvier. Cette dynamique devrait se poursuivre. La croissance de l’emploi est en effet estimée à 2,7 % en 2019. Sur le terrain, 53 % des entreprises ont fait part de projets d’embauche pour l’année 2019, soit une hausse de 7 points par rapport à 2018. Mais cette dynamique se heurte à des difficultés de recrutement. Plus de la moitié des employeurs (51 %) en font état contre 43 % en 2018. Ces tensions touchent plus particulièrement le métier de conducteur.

Efforts accrus de formation

Dans ce contexte de création d’emplois, de besoins en compétences mais aussi d’évolution des métiers, le recours à la formation s’est intensifié en 2018. En matière de formation des demandeurs d’emploi, le nombre de bénéficiaires de préparations opérationnelles à l’emploi collectives (POEC) a progressé de 44 % en un an. Par ailleurs, le nombre de formation permettant d’accéder au métier de conducteur cofinancées par l’Association pour le développement de la formation professionnelle transports et logistique (AFT) a augmenté de 13 %. Au total, 44 385 personnes en ont bénéficié dont 43 % de demandeurs d’emploi et 57 % de salariés.

Plus d’alternants

Autre tendance à souligner : le recours à l’alternance a été nettement plus marqué en 2018. L’Observatoire recense 6 135 contrats de professionnalisation au sein de la branche, soit 34% de plus en un an. En parallèle, 6 227 apprentis suivaient une formation au sein des CFA de la branche en 2018, un effectif qui a progressé de 17 % en un an. Et le nombre d’inscrits en première année d’apprentissage ressort en hausse de 25%. « Avec la réforme de l’apprentissage, cette tendance devrait se renforcer à l’avenir », indique Bruno Lefebvre, président de l’OPTL. D’autant que des évolutions sont attendues en matière de conduite encadrée, ce qui permettrait de développer les périodes de mise en situation dans le cadre de formations à la conduite et par conséquent de « renforcer l’attrait de l’apprentissage au sein de la branche », selon Bruno Lefebvre.

Former davantage de conducteurs

Par ailleurs, plus de 11 800 salariés de la branche ont mobilisé leur compte personnel de formation (CPF) en 2018, un nombre 1,6 fois plus élevé qu’en 2017. Le lancement de l’application en novembre dernier laisse entrevoir une mobilisation encore plus forte de ce dispositif en 2019 et en 2020, selon le président de l’OPTL.

L’effort de formation observé en 2018 devrait se poursuivre à l’avenir notamment pour les métiers en tension. Pour satisfaire la demande, il faudrait par exemple former en 2020, 5 000 conducteurs de poids lourds et 2 800 conducteurs d’autocars supplémentaires, selon l’observatoire. Dans ce contexte, la branche aura à activer tous les dispositifs de formation et tous les leviers permettant d’attirer des candidats.

Centre Inffo vous conseille également