Les apports de la loi du 5 septembre 2018 pour la mobilité des apprentis

Directeur général adjoint de l’Agence Erasmus + France / Éducation & Formation, Sébastien Thierry rappelle au Quotidien de la formation ce que la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel a changé pour la mobilité des apprentis.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 10 septembre 2019.

Alors que le gouvernement a fixé un objectif de 15 000 apprentis en mobilité internationale à l’horizon 2022 (voir notre article), Sébastien Thierry souligne deux apports majeurs de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Venue lever un frein pointé par le député européen Jean Arthuis (Lire), la première contribution de la réforme est de sécuriser les démarches de mobilité côté employeur, tout en préservant les intérêts du jeune. L’apprenti qui part plus de quatre semaines voit ainsi désormais son contrat « mis en veille », ce qui évite à l’employeur du pays d’origine d’être « mis en…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également