Avenir des missions locales

Par - Le 19 novembre 2018.

Question écrite n° 07068 de Mme Laure Darcos (Essonne – Les Républicains)
publiée dans le JO Sénat du 04/10/2018 – page 4967

Mme Laure Darcos appelle l’attention de M. le Premier ministre sur l’avenir des missions locales. L’annonce, le 18 juillet 2018, du lancement d’une concertation afin de simplifier le fonctionnement du service public de l’emploi, suscite la vive préoccupation des responsables des missions locales, notamment dans le département de l’Essonne. À l’heure où le réseau francilien se restructure afin de mieux s’adapter à la réalité des bassins d’emplois, la perspective d’une fusion au sein de Pôle emploi emporte le risque, selon eux, de diluer leurs missions alors qu’elles sont considérées comme un acteur majeur de l’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie des jeunes les plus en difficulté, plus de huit jeunes sur dix suivis n’étant en effet ni en emploi ni en formation ni en stage. En outre, des collaborations entre Pôle emploi et les missions locales existent déjà sous forme de conventions formalisées ou d’actions dont la complémentarité permet de renforcer l’offre de service rendue aux jeunes. Dans le cadre d’une réflexion globale sur l’accompagnement des jeunes rencontrant des difficultés économiques et sociales, elle estime qu’il serait judicieux de s’interroger sur les synergies qui pourraient également être mises en œuvre avec les écoles de la deuxième chance, ces dernières s’adressant aux jeunes sans diplôme ni qualification professionnelle, ou encore avec l’établissement pour l’insertion dans l’emploi (EPIDE), dont les dix-neuf centres assurent l’accompagnement social et professionnel des jeunes les plus éloignés de l’emploi. Dans ce contexte, elle lui demande de bien vouloir l’éclairer précisément sur les intentions du Gouvernement afin de rendre plus efficaces et efficientes les politiques publiques consacrées à l’emploi des jeunes.

Voir aussi :

Réponse du Ministère du travail
publiée dans le JO Sénat du 15/11/2018 – page 5837

Les missions locales sont un maillon important du service public de l’emploi, pour repérer, accueillir, orienter, accompagner les jeunes en difficulté. Elles prennent ainsi toute leur part dans le plan massif d’investissement dans les compétences que le Gouvernement met en œuvre pour accompagner et former un million de jeunes peu ou pas qualifiés, notamment à travers la Garantie jeunes, portée à 100 000 jeunes par an avec la stratégie de lutte contre la pauvreté. En complément de cet effort financier sans précédent, afin d’apporter le meilleur service aux personnes en recherche d’emploi, particulièrement celles qui sont le plus en difficulté, le Premier ministre a annoncé la volonté du Gouvernement de renforcer la coordination entre les différents acteurs du service public de l’emploi (SPE). L’objectif est d’améliorer le fonctionnement du SPE et d’améliorer l’offre de service en direction des personnes en recherche d’emploi et des entreprises, en proposant des parcours efficaces d’inclusion dans l’emploi. Il s’agit notamment de soutenir les démarches de nouvelles synergies entre les acteurs du SPE (Pôle emploi, missions locales, Cap emploi), et de renforcer l’action de ces acteurs grâce à une meilleure articulation et une coordination renforcée.

Pour ce qui concerne spécifiquement les missions locales, c’est le sens de la proposition qui est faite à travers la possibilité donnée aux acteurs locaux de mener des expérimentations pour rapprocher les agences Pôle emploi et les missions locales, selon des formes qu’il leur appartient de trouver, là où ces acteurs locaux le jugeront pertinent, et qui peuvent aller jusqu’à la fusion. Ces expérimentations doivent émerger des territoires et être à l’initiative des élus locaux. Sur la base de ces initiatives, le contenu de ces expérimentations sera travaillé au cas par cas par les élus, les missions locales et les directions territoriales de Pôle emploi, à partir des besoins des usagers et des atouts des deux réseaux, en lien avec les services déconcentrés du ministère du Travail qui pourront les accompagner. Lorsqu’une expérimentation sera lancée, un comité de pilotage local associera l’ensemble des parties prenantes. C’est ainsi, par l’expérimentation, par l’initiative territoriale, par la coordination des actions du service public de l’emploi au niveau territorial, que sera rendu le meilleur service aux jeunes les plus éloignés du marché du travail.

Source : [www.senat.fr]

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters