Laure Coudret-Laut, directrice de l’agence Erasmus+ France / Éducation & Formation.

Erasmus+ France / Éducation & Formation ajoute des thématiques françaises aux priorités européennes

Que fait l’Europe pour la formation des adultes ? Dans la foulée de la conférence organisée en juillet 2017 par l’agence Erasmus+ France / Éducation & Formation sur le thème de l’outillage des acteurs de la formation des adultes (voir notre article), nous avons demandé à sa directrice, Laure Coudret-Laut, de revenir sur les apports du programme aux parcours des adultes.

Par - Le 17 août 2017.

« 2017, c’est environ 50 millions d’euros pour la France », rappelle d’emblée Laure Coudret-Laut, évoquant le budget alloué par l’Europe à l’agence Erasmus+ France / Éducation & Formation qu’elle dirige. C’est aussi l’année où, « pour la première fois, des thématiques nationales ont été intégrées aux appels à projets, en plus des priorités européennes. » À savoir, l’inclusion des personnes en situation de handicap, la lutte contre le décrochage scolaire et la prévention de l’illettrisme, les compétences de base et compétences transversales. Et à sa grande satisfaction, les porteurs de projet se sont fortement emparés du sujet, à hauteur de 25 % pour le premier thème, 19 % sur le deuxième et 18 % sur le troisième. D’où une possible reconduction de ces thématiques en 2018, qui verra aussi l’Agence porter ses efforts sur l’apprentissage longue durée [Supérieur à 3 mois.[/footnote] (voir [notre article).

Soutien d’employabilité

À ceux qui douteraient de l’intérêt d’une mobilité internationale, 2017 présente aussi les résultats d’une enquête menée auprès de 50 000 apprenants de l’enseignement supérieur, de l’enseignement et de la formation professionnels, partis en mobilité en 2015 et 2016 (voir notre article). De l’avis même des bénéficiaires, l’investissement n’est pas sans retour, notamment en ce qui concerne le sentiment d’avoir amélioré son employabilité. « Nous trouvons important pour la sécurisation des parcours que la perception des gens soit changée », se réjouit la directrice de l’Agence. D’autant plus qu’elle le rappelle, Erasmus+ cible les moins qualifiés et intègre une grande diversité de publics, des apprentis aux stagiaires de la formation professionnelle en passant par les encadrants [ 1 ]Éducateurs, formateurs, chargés d’insertion, responsables de programmes, directeurs de centres, etc., qui peuvent tous prétendre à une mobilité.

Au-delà des actions classiques

Toujours dans une perspective de sécurisation des parcours, Laure Coudret-Laut souligne que l’Agence pilote également deux dispositifs. Le premier permet de réaliser des expérimentations locales dans le cadre de l’Agenda européen pour la formation des adultes (AEFA). Exemples ? La plateforme de formation pour la détection de l’illettrisme (voir notre article), réalisée en partenariat avec l’ANLCI [Agence nationale de lutte contre l’illettrisme.[/footnote] et le FPSPP [ 2 ]Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.; le guide des compétences transversales, « complémentaire de CléA » [ 3 ]Socle de connaissances et de compétences de base à maîtriser pour accéder à la formation et à l’insertion professionnelle. et destiné à valoriser les compétences acquises en mobilité ; le partenariat en cours avec l'[Infrep et le cabinet Social Innovation pour définir une méthode d’accompagnement des alternants. Inscrit dans le cadre du « service national d’assistance », le second dispositif permet, lui, de piloter la plateforme d’échanges et de coopérations Epale, destinée aux professionnels de la formation des adultes en Europe (voir notre article).

Notes   [ + ]

1. Éducateurs, formateurs, chargés d’insertion, responsables de programmes, directeurs de centres, etc.
2. Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.
3. Socle de connaissances et de compétences de base à maîtriser pour accéder à la formation et à l’insertion professionnelle.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters