Face à la crise du coronavirus, la Grande école du numérique renforce l’accompagnement de son réseau

Face à la crise du coronavirus, la tête de réseau des 750 actions de formations labellisées Grande école du numérique garantit l’attribution de toutes les subventions grâce à la dématérialisation de ses process menée en 2018. Dans ce contexte particulier, la GEN renforce également son rôle d’accompagnement et de facilitateur auprès des organismes de formation.

Par - Le 09 avril 2020.

Les équipes de la Grande école du numérique (GEN) organisées en télétravail se mobilisent auprès de leur réseau. Sur le plan financier, le groupement d’intérêt général assure la continuité du versement des subventions. « Elles seront toutes attribuées, y compris le solde dû au titre des premiers appels à projets. Depuis l’annonce des mesures de confinement, notre pôle administratif et financier se concentre sur ces dossiers. Nos process ont été dématérialisés en avril 2018. Cela facilite grandement les démarches », confirme Samia Ghozlane, directrice générale de la GEN. Ces outils numériques, développés en étroite coopération avec tous les métiers de la Grande école du numérique, ne se limitent pas aux process administratifs et couvrent les relations avec les membres du réseau, leur suivi et l’accompagnement.

Rôle clé de l’information

Dans cette période de crise exceptionnelle, l’information joue un rôle-clé. Les 750 formations labellisées ont ainsi été invitées à privilégier les apprentissages à distance ou en télé-présentiel. Pour celles qui ne s’y prêtent pas et qui ont débuté ou doivent démarrer avant le 31 mai 2020, le report d’ouverture ou le prolongement de la session d’une durée maximale de deux mois par rapport aux dates conventionnées seront validés sur simple demande. La tête de réseau renforce, par ailleurs, son rôle de facilitateur et l’animation de son écosystème. « Nous avons développé des rendez-vous réguliers par chats avec les organismes de formation et les apprenants afin de pouvoir répondre à leurs interrogations et de les accompagner au mieux », précise Samia Ghozlane. Mi-avril, la GEN ouvrira une nouvelle session de son Mooc construit en partenariat avec l’Université de Lille sur l’évaluation dans l’acquisition des compétences. Ouvert aux formateurs des formations labellisées, ce parcours de quatre séquences aborde des thématiques comme l’élaboration d’un ePortefolio de compétences, l’analyse réflexive, les systèmes d’Open badges ou encore les différents outils d’évaluation.

Un nouveau cahier des charges

Portés par l’innovation, les membres du réseau de la GEN sont nombreux à se mobiliser autour d’actions solidaires pour offrir gratuitement leurs plateformes, des webinairs, des conseils ou encore leur expertise aux acteurs du secteur. Fragilisées mais agiles, les start-up font, plus que jamais, preuve de créativité et repensent leurs stratégies. Autre chantier poursuivi par la Grande école du numérique, la finalisation de son cahier des charges en vue des prochains appels à projets adossés, ou non, à des subventions. Le label de la GEN s’est aujourd’hui imposé dans la démarche qualité de nombreux organismes de formation et de CFA. Complémentaire de la certification Qualiopi, il intègre des critères forts de pratiques pédagogiques et de parcours adaptés aux publics cibles peu ou pas qualifiés, en recherche d’emploi ou en reconversion professionnelle. Des exigences réaffirmées et précisées dans le nouveau cahier des charges. Les besoins en accompagnement et en formation des personnes les plus éloignées de l’emploi devraient être plus importants que jamais à la sortie de la crise sanitaire dont les conséquences économiques risquent d’être brutales.

Centre Inffo vous conseille également