Printemps de l'orientation, le 15 mars à Strasbourg.

Printemps de l’orientation, le 15 mars à Strasbourg.

Les compétences, clés de la mobilité internationale (Printemps de l’orientation)

Développer des compétences propres à l’orientation et à la mobilité apparaît nécessaire aux intervenants d’une rencontre organisée à Strasbourg dans le cadre des Printemps de l’orientation, le 15 mars. 

Par - Le 18 mars 2022.

Depuis 1995, 600 000 étudiants ont bénéficié du programme de mobilité internationale Erasmus, contre à peine 25 000 apprentis pour Erasmus+. Soit un ratio de un à douze. Cela alors que l’orientation se définit toujours dans un cadre très familial, avec des différences socio-culturelles et économiques notables entre jeunes. Ceux issus d’un milieu défavorisé auront souvent plus de difficultés à s’engager dans la mobilité pour des questions de coût, de niveau de langue, de séparation d’avec la famille ou les amis.

Ces constats ont été partagés par les intervenants des Printemps de l’orientation, organisés au Parlement européen à Strasbourg. Avec à la clé l’idée de faire « infuser » des compétences liées à l’orientation et à la mobilité dans les parcours scolaire et d’apprentissage, à l’image de ce que prépare actuellement une réforme en Belgique.

Transversalité

Parmi les intervenants, Adeline Stoffel, inspectrice pédagogique de lettres à l’académie de Reims, évoque une « proposition de présentation des observables dans les disciplines » afin d’y travailler de manière transversale les compétences à s’orienter et à la mobilité. La compétence « Accepter les imprécisions et les incertitudes immédiates qui demeurent autour de ses projets d’orientation » peut ainsi se décliner dans des cours d’économie comme de chimie, analysant l’évolution du cadre entrepreneurial ou l’instabilité des éléments chimiques.

Autre initiative présentée, celle de chercheurs en psychologie de l’orientation à l’Université de Paris, qui travaillent de concert avec l’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep) pour élaborer un référentiel de l’orientation tout au long de la vie.

Europass

Plus évident et concret pour les élèves et les apprentis, premiers concernés par leur orientation voire leur mobilité, la plateforme européenne pour les compétences Europass, financée par l’Union européenne dans le cadre d’Erasmus+. Elle a été présentée en détails ce mardi après-midi. Depuis 2004, ce dispositif permet de « bien se connaître soi-même pour mieux se faire reconnaître ensuite », décrit Laurent Lascrou, chargé de promotion et d’animation Europass à l’Agence Erasmus+. Soit la possibilité d’identifier toutes ses compétences, y compris celles découlant d’activités et de loisirs personnels. À la clé, des informations sur les formations et les emplois en Europe, comme des suggestions par la plateforme elle-même d’offres de formation et de d’emploi en fonction des données remplies par le futur employé ou apprenti. Ces suggestions sont notamment issues du réseau Euroguidance.

À savoir, rappelle Laurent Lascrou, la hausse de budget d’Erasmus+ de 80% pour la période 2021-2027 sera employée pour « proposer plus de mobilités et de coopérations » aux apprentis. Notamment, insiste-t-il, pour chercher des publics jamais partis en mobilité pour des raisons de handicap, sociales ou financières, notamment. Et, qui sait, diminuer le ratio des mobilités entre étudiants et apprentis.

Centre Inffo vous conseille également