Le 28 janvier 2020, aux RFCO, à Biarritz.


UHFP 2023

Outre-mer : favoriser la mobilité des alternants et demandeurs d’emploi

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité (Ladom) et l’opérateur de compétences Akto (services à forte valeur ajoutée humaine) viennent de signer une première convention cadre nationale Pour faciliter l’accès à la formation des ultra-marins en apprentissage, en contrat de professionnalisation ou demandeurs d’emploi. Objectif : leur permettre de se rendre dans l’organisme de formation adapté à leur projet professionnel, qu’il se situe en métropole ou dans un territoire d’outre-mer voisin.
Les questions de mobilité seront abordées dans le cadre des 3èmes rencontres formation et compétences des outremers (RFCO), ce mardi 24 janvier à Cannes. Cet événement se déroulera à la veille de l’ouverture de l’Université d’hiver de la formation professionnelle, organisée comme pour les RFCO par Centre Inffo.

Par - Le 24 janvier 2023.

D’un côté, un Opco (opérateur de compétences) unique sur certains territoires et qui connaît bien les acteurs économiques présents dans les départements et territoires d’outre-mer. De l’autre, une agence spécialisée dans l’aide à la mobilité des ultra-marins qui ont besoin de se déplacer pour développer leurs compétences. Akto et Ladom se révèlent complémentaires. Ils œuvraient déjà de concert les années précédentes, mais les deux opérateurs viennent de signer leur première convention cadre nationale pour une durée de deux ans. Ses déclinaisons seront locales.

« Notre mission consiste à assurer la continuité territoriale, explique Felicidade Perez, adjointe à la directrice des missions, du réseau et des partenariats à Ladom. Nous sommes donc motivés par le souhait d’offrir aux jeunes alternants et demandeurs d’emploi ultra-marins les mêmes possibilités qu’à ceux présents ailleurs sur le territoire national. Ils doivent bénéficier de chances égales. »

Sécuriser les apprenants et servir les acteurs économiques

Ladom entend donc voir profiter un plus grand nombre de jeunes de l’accompagnement global qu’elle propose, délivré par une trentaine de conseillers en insertion professionnelle. Un soutien pédagogique est apporté aux apprenants, de même qu’une attention à lever les freins périphériques qui pourraient entraver la réussite d’un parcours de formation. Ladom souhaite aussi, par le biais de cette convention, se rapprocher des acteurs économiques des territoires pour mieux répondre à leurs besoins et travailler sur les secteurs en tension.

« La mobilité peut représenter un vrai levier », abonde Karima Hamaoui, responsable de la cellule délégants chez Akto. Selon elle, la convention poursuit un triple objectif : sécuriser le parcours professionnel des alternants, répondre aux besoins de recrutement des entreprises et favoriser l’insertion ou la réinsertion des demandeurs d’emploi.

Evaluer pour mener des expérimentations

Les deux partenaires ne se fixent aucun objectif chiffré du nombre d’entreprises ou de personnes accompagnées : ils affichent la volonté de répondre aux besoins des acteurs économiques, forcément variables d’un territoire à l’autre et qui peuvent évoluer dans le temps.

Akto et Ladom vont réunir plusieurs de leurs membres, dont les directeurs régionaux, au sein d’un comité de pilotage. Felicidade Perez estime qu’il permettra d’apporter un « aspect qualitatif nouveau », en assurant une meilleure connaissance du taux d’insertion professionnelle des personnes formées. Ses travaux pourraient aussi nourrir des projets d’expérimentation, comme l’ouverture de ce dispositif aux salariés, espère Akto. A condition que les pouvoirs publics permettent de disposer des fonds suffisants…

 

Les rencontres formation et compétences outre-mer se déroulent ce mardi 24 janvier à Cannes.

Centre Inffo vous conseille également