Le site aéronautique d’Argonay recrute par simulation une promotion de « rectifieurs »

Devenir « rectifieur », ou monteur de pièces destinées aux moteurs de Boeing, d’Airbus ou d’Ariane 5, sans prérequis de CV, qualification ou diplôme. C’est ce que propose, ou plutôt proposera en novembre 2019, le site aéronautique de NTN-SNR à Argonnay (Haute-Savoie). Nom du programme : “Learn” pour L’École des applications des roulements NTN-SNR (New Technology Network – Société nouvelle de roulements).

Par - Le 18 juillet 2019.

Devenir « rectifieur », ou monteur de pièces destinées aux moteurs de Boeing, d’Airbus ou d’Ariane 5, sans prérequis de CV, qualification ou diplôme. C’est ce que propose, ou plutôt proposera en novembre 2019, le site aéronautique de NTN-SNR à Argonay (Haute-Savoie). Nom du programme : Learn, pour L’École des applications des roulements NTN-SNR (New Technology Network – Société nouvelle de roulements).

Pour le recrutement des candidats, le site va suivre la méthode de recrutement par simulation (MRS). « Le savoir-être, la motivation et les aptitudes logiques et pratiques feront la différence, non l’expérience ou les diplômes », explique Max Pichard, responsable du projet Learn au sein de la direction des ressources humaines de NTN-SNR. La première étape consistera en une demi-journée de tests pratiques, comme le montage et le démontage d’objet avec mode d’emploi, ou la lecture d’un plan technique, par exemple. Selon leur résultat, les candidats seront reçus en entretien, toujours sans CV.

Travail de haute précision

Un usineur spécialisé en rectification (dit « rectifieur ») pilote un outil de coupe pour réaliser des pièces, en adaptant les conditions de marche, les réglages et le changement d’outils. Le monteur aéronautique part aussi d’un plan et réalise les différentes opérations du montage, comme le contrôle visuel, dimensionnel, l’assemblage, le marquage, le conditionnement, etc.

« L’aéronautique est un secteur particulier. Il ne s’agit pas d’un métier d’usinage comme les autres. Ici pas de travail à la chaîne. C’est l’homme qui fait le travail, souligne Max Pichard. Les pièces sont de grande valeur et réalisées en petites quantités. Il faut aimer la précision, la discussion technique, la vérification, la mesure, être autonome et avoir un grand sens des responsabilités. »

D’une durée de treize mois, la formation sera « 100 % pratique », en immersion. Le parcours sera validé par un certificat de qualification paritaire de la métallurgie (CQPM). NTN–SNR a pour objectif d’embaucher plus de 150 personnes sur son site aéronautique d’Argonay d’ici 2023.

La SNR (Société nouvelle de roulements), ancienne filiale de Renault, est aujourd’hui une entité de NTN Corporation (New Technology Network), qui, avec un chiffre d’affaires de plus de 5,7 milliards d’euros, emploie près de 7 000 salariés et compte quinze sites de production, dont sept en France.

 

Documents utiles

<p>L’usine NTN-SNR d’Argonay (Haute-Savoie) dédiée à la production de roulements pour l’aéronautique.</p>

Centre Inffo vous conseille également